Critiques

Tample

Summer Light

  • Yotanka Records
  • 2017
  • 31 minutes
7

Qui est donc ce groupe qui utilise cette orthographe si particulière : Tample avec un A? Cette découverte française fera le bonheur des amateurs de pop anglaise. Ce quatuor bordelais, où le « synth-pop » est mis en valeur, arrive avec un premier album qui navigue aisément entre la pop rythmée quasi disco et des ambiances plus rock, plus authentiques. Le groupe nous transporte dans son univers raffiné à l’énergie rafraîchissante. Summer Light est un beau mélange de genres et on balance aisément entre l’acoustique et l’électronique.

Les harmonies vocales sont omniprésentes chez Tample : il y a des choeurs avec beaucoup d’effets, des sifflements mélodieux bien présents. La voix fragile et aiguë du chanteur Samuel Rosas procure une touche captivante à la formation. On sent l’influence de Radiohead côté mélodie, de Franz Ferdinand pour les riffs de guitares et d’Adam Kesher pour la pop disco. On remarque aussi de belles touches groovy comparables au groupe Phoenix. Bref, on sent beaucoup l’influence de divers groupes américains, mais ça n’agace pas outre mesure. Les Bordelais ont réussi tout de même ce tour de force : créer leur propre univers doux-amer si particulier.

La pièce Power, avec ses guitares plus lourdes et la voix plus grave du chanteur, apporte un côté rock plus lourd très intéressant. La dansante Keep Your Distance, avec sa basse rythmée et son synthé éclatant, nous donne soudainement le goût de danser sur une scène disco. On apprécie la guitare aux allures western sur l’aérienne Summer Light. La rêveuse Chimera reste, quant à elle, bien ancrée en tête avec ses hululements addictifs. Cependant, la pièce One Night Stand avec son air rétro disco et sa guitare funky n’est pas la plus réussie de l’opus, car le côté kitsch prend ici trop le dessus. Le disco, on le préfère par petites touches. On apprécie davantage le côté folk rock ou électro de la formation.

Tample a créé un opus hybride composé de riffs rétro, de lignes de basse dansantes, de nappes de synthés vaporeuses et de séquences de guitares planantes. La combinaison de différents styles musicaux est les arrangements peaufinés sont la force de ce premier opus. Ce Summer Light, parfois nostalgique, aux envolées rêveuses, nous donne le goût d’espérer l’été et de nous évader.

Exprimez-vous!