Critiques

Soundgarden

King Animal

  • Republic Records / Seven Four Entertainment
  • 2012
  • 53 minutes
6,5

Oui, ils sont de retour! En effet, Chris Cornell, Kim Thayil, Matt Cameron et Ben Shepherd sont de nouveau réunis et ressuscitent Soundgarden. Après seize ans d’absence sur disque, le quatuor lançait la semaine dernière King Animal. Les vieillards avides de rock radiophonique se souviendront sans doute du grandiloquent tube Black Hole Sun paru en 1994 sur l’excellent Superunkown. Salué pour la maîtrise technique dont le groupe sait faire preuve, est-ce que Soundgarden en 2012 peut encore être pertinent? Est-ce que les cinquantenaires se sont émasculés?

En toute honnêteté, les attentes étaient assez basses concernant King Animal. Nous nous méfions toujours de ces retours, qui plus souvent qu’autrement, servent à regarnir les portefeuilles vides de nos rockers vieillissants. Cette fois-ci, sans être un grand disque de Soundgarden, la bande à Chris Cornell livre la marchandise et nous présente un album dans la continuité de Superunkown et Down On The Upside; un hard rock « grungisant » et efficace, sans être transcendant.

King Animal ne contient aucune chanson phare à la Black Hole Sun ou encore l’abrasive Jesus Christ Pose, mais la formation conserve sa vigueur d’antan et a su insuffler une bonne dose de rugosité à ses ritournelles. Comme d’habitude, la performance vocale de Chris Cornell frise la perfection et prouve hors de tout doute qu’il demeure l’un des meilleurs chanteurs de sa génération, la section rythmique est béton et Kim Thayil fait rugir sa guitare de manière exemplaire.

Le réalisateur Adam Kaspers (Foo Fighters, Pearl Jam, Queens Of The Stone Age) ne s’est pas cassé la tête; il laisse toute la place à Soundgarden et évite les effets de studios outranciers. On peut reprocher à cette sitedemo.cauction un manque de surprises sonores, un mixage parfois douteux et un déficit de créativité au niveau des structures chansonnières, mais ces vieux briscards tiennent étonnamment la forme en évitant le piège de l’auto plagiat… et ça constitue presque un exploit après une très longue absence de la sorte!

Rien de bien fédérateur au niveau des morceaux suggérés sur cet opus, mais King Animal renferme quelques pistes fort consommables : les vitaminées Been Away Too Long, Non-State Actor et By Crooked Steps, la quasi psychédélique A Thousand Days Before, l’accessible Bones Of Birds et la très Queens Of The Stone Age titrée Attrition. Bien entendu, quelques pièces anémiques viennent atténuer notre plaisir auditif : la pop mièvre Halfway There et l’endormante Eyelid’s Mouth.

Sans être un monument, King Animal constitue un effort louable qui met en évidence l’importance que détient Soundgarden dans l’histoire de la mythique scène de Seattle; un groupe crucial des années 90 qui n’a pas trop mal vieilli. Effectivement, Soundgarden ne se réinvente pas mais il propose à ses fans une conception sonore respectable, authentique et d’une intégrité absolue. Un redémarrage qui fonctionne. Honnête!

Ma note : 6,5/10

Soundgarden
King Animal
Seven Four Entertainment/Republic
53 minutes

www.soundgardenworld.com/

http://www.youtube.com/watch?v=3RpziCYz2iU

Exprimez-vous!