Critiques

Ponctuation

27 Club

  • Bonsound
  • 2013
  • 31 minutes
7

BONAL020_CoverAssurément, la scène musicale de Québec est en feu ces derniers temps! Après Les Indiens qui ont fait paraître Crâne la semaine dernière voici qu’arrive leurs amis de Ponctuation avec leur premier album : 27 Club. Ce duo fait dans le garage rock lo-fi en français et est composé de deux frères : Guillaume Chiasson (voix et guitare) et Maxime Chiasson (voix et batterie). Encore une fois, voilà un groupe peu familier pour le paysage musical québécois, mais qui arrive avec sa couleur.

27 Club, fait référence au club des artistes qui ont trépassé à 27 ans : Kurt Cobain, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison et plus récemment Amy Winehouse. Heureusement, les deux frères ont eu le temps de passer cet âge dangereux et nous arrivent avec un album franchement intéressant. C’est rock à souhait, c’est punk aussi par bout, mais surtout c’est mélodique et accrocheur. Loin des Céline Dion de ce monde, Guillaume Chiasson possède une voix désespérée qui, avec ses inflexions, appuie à merveille le son du groupe.

Ponctuation détient un petit côté rebelle et on le voit dès le début avec Ciao Bye Ciao qui s’entame sur une fausse fin de chanson pour ensuite se transformer en une mélodie accrocheuse qui saura vous faire taper du pied. À bout de souffle vient alourdir légèrement le tout avec un rythme plus carré. La plus langoureuse titrée Marie-Anne sur St-Roch vient quant à elle «psychédéliser» l’ensemble. Le guitariste y va aussi de quelques solos dissonants, celui de La bouteille en est un très bon exemple. Sur Belvédère, on reconnaît une certaine influence du groupe Fugazi et cela donne au final, une excellente chanson. Il faut cependant dire que la pièce-titre de l’album vaut le détour à la fois musicalement, car elle est très mélodieuse, mais le texte aussi transpire une mélancolie de ne pas faire partie du fameux club des 27. Car oui, Chiasson vient à chanter son désarroi d’être… en vie. Et le tout se termine sur un constat d’échec : «À 28 ans, trop tard pour m’accomplir / Je ne serai jamais dans le 27 Club.»

Bref, les deux frères peuvent se dire mission accomplie. Bien qu’ils ne fassent pas partie de l’illustre club des 27, il n’en demeure pas moins que cette galette est un must pour les fans de garage québécois. Si l’on peut reprocher quelque chose à la galette c’est que parfois on a l’impression que le son n’a pas atteint sa pleine maturité et on peut aisément se dire que les prochains disques de Ponctuation pousseront plus loin dans ce rock garage mélodieux.

Ma note : 7/10

Ponctuation
27 Club
Bonsound
31 minutes

ponctuationponctuation.bandcamp.com

Exprimez-vous!