Critiques

Mermonte

Audiorama

  • Clapping Music
  • 2014
  • 56 minutes
7,5

a2885737322_10Les Français de Rennes nommés Mermonte ont font paraître le 26 mai dernier un deuxième album. Groupe/orchestre de onze musiciens, Mermonte est mené par le multi-instrumentiste Ghislain Fracapane. Audiorama présente une pop expérimentale où les voix féminines et masculines se mêlent, en anglais et en français, mais surtout en mélodies.

Jérôme Bessout, première pièce de l’album, introduit de manière exquise, tout en douceur, le groupe et son univers féérique qui ne sont pas sans rappeler celui de Yann Tiersen. Le premier simple, Karel Fracapane, poursuit avec force. Bon, pas besoin de nommer la troisième pièce pour que vous le deviniez: tous les morceaux portent des noms de personne. La légende veut que ce soit des noms d’amis à qui ils rendent hommage. Mignon!

Moins mignonne, par contre, est la similitude dérangeante de certains segments avec l’univers de Sufjan Stevens. Même si le groupe cite le musicien de Détroit parmi ses inspirations, une partie de mes oreilles ne peut que tiquer. Il faut écouter l’envolée à 1 minute 43 secondes de la pièce, autrement délicieuse, titrée Fanny Giroud pour sursauter. Suit Gaétan Heuzé, dont les dix premières secondes reprennent les mêmes notes que celles de l’introduction de la pièce Come on! Feel The Illinoise!

Si ce n’est de ce hic, Audiorama se déguste avec bonheur, permettant à chaque écoute la traque d’un nouvel instrument caché dans un arrangement. C’est qu’il y en a, des lignes mélodiques et des lignes de soutien! Avec deux batteries (Éric Hardy et Matthieu Noblet), deux guitares (Régis Rollant et Julien Lemonnier), un violoncelle (Juliette Divry), une basse (Mathieu Fisson), des voix féminines (Ellie James, Astrid Radigue) et des voix masculines (Ghislain Fracapane, Pierre Marais), des violons (Morgane Houdemont), des glockenspiels, des bois et des cuivres, la richesse du son ne peut qu’être complexe. En tout, plus d’une vingtaine d’artistes collaborent à l’album.

Audiorama ne se distingue pas particulièrement du premier disque éponyme paru auparavant sur Hiphiphip records/Les Disques Normal pratiquement deux ans jour pour jour. Sous le signe de la continuité sur disque, on ne peut qu’espérer la même chose sur scène (Les Inrocks parlent d’un des meilleurs spectacles de la décennie).

Mermonte reste donc dans la pop expérimentale et orchestrale, où les arrangements volent la vedette à toutes tentatives de parole. Reste au groupe à prendre réellement sa voix et sa voie et nous aurons affaire à un des groupes/orchestres les plus puissants.

Ma note: 7,5/10

Mermonte
Audiorama
Clapping Music
56 minutes

mermonte.bandcamp.com

Exprimez-vous!