Critiques

Wilco

The Whole Love

  • dBpm Records
  • 2011
  • 56 minutes
7

Pas de bavardages inutiles et de verbiages superflus… Wilco et son The Whole Love sort en magasin mardi. Pis? C’est bon? Départ ultra canon avec Art Of Almost qui représente à mon modeste avis la chanson la plus inventive et créative que Wilco a composé dans leur carrière. Un pur délice. Ligne de basse omniprésente à la The National Anthem de Radiohead, utilisation appropriée de boucles électroniques et conclusion dans une apothéose punk-rock mettant en vedette le jeu déluré de Nels Cline à la guitare. Quel guitariste!!!

Par la suite, c’est le retour des confortables pantoufles avec I Might et Sunloathe. Titres qui auraient pu paraître sur Yankee Hotel Foxtrot. Ensuite, l’album progresse vers des territoires déjà explorés par Wilco : de la touchante Black Moon à la pop The Whole Love, le groupe de Chicago revisite habilement et de manière plus convaincante ce folk-rock bruitiste, un peu champ gauche et joué tout en finesse, qu’il avait crée sur ses deux albums précédents. Fin de la traversée avec One Sunday Morning (Song For Jane’s Smiley Boyfriend); une épopée folk attendrissante de douze minutes, incluant de petits moments instrumentaux de toute beauté. Une autre grande chanson!

The Whole Love est le meilleur disque de Wilco depuis A Ghost Is Born. Le groupe est toujours aussi soudé, Tweedy écrit toujours de magnifiques chansons provoquant les frissons, toujours cette voix douce sur le point de casser. Bref, Wilco est toujours significatif et ce, après huit albums! Exploit! Un très bon disque… encore une fois! Rien de vraiment nouveau sous le soleil de Wilco; mais il y a le soleil!

Ma note : 3,5/5

Wilco
The Whole Love
dBpm Records
56 minutes

wilcoworld.net

Exprimez-vous!