Critiques

Joshua Redman + Brad Mehldau Trio

Nearness

  • Nonesuch Records
  • 2016
  • 73 minutes
8
Le meilleur de lca

Il aura fallu vingt-deux ans pour que les astres s’alignent et que le saxophoniste Joshua Redman et le pianiste Brad Mehldau créent leur premier disque en formule duo, Nearness. Les deux amis de longue date jouent pourtant ensemble depuis 1994, alors que Joshua Redman a invité Brad Mehldau à se joindre à la formation qui a élaboré l’œuvre MoodSwing. Sorti au début du mois de septembre, Nearness incarne un nouveau chapitre de l’amitié qui unit les deux musiciens et propose une musique jazz sophistiquée et destinée aux mélomanes avertis.

Composé de six pièces enregistrées live au cours de la tournée européenne que le duo a faite en 2016, Nearness, tel que son titre l’indique, met de l’avant la synergie impressionnante qui prend forme chaque fois que Joshua Redman et Brad Mehldau jouent ensemble. En fait, la symbiose découlant de l’acte musical est telle que la coordination des structures de natures différentes semble se faire tout naturellement. Les deux musiciens réussissent ainsi à complémenter la partition de leur acolyte sans toutefois étouffer ses improvisations. D’ailleurs, l’improvisation est omniprésente tout au long des six morceaux composant Nearness. Qu’il s’agisse des trois reprises ou des trois compositions originales, l’improvisation cohabite harmonieusement avec les compositions.

Le travail de réappropriation s’ajoute à la liste de qualités de cet album. Pigeant trois compositions dans le répertoire de Benny Harris et Charlie Parker (Ornithology), de Thelonious Monk (In Walked Bud) et de Hoagy Carmichael et Ned Washington (The Nearness Of You), Joshua Redman et Brad Mehldau réussissent le pari d’adapter ces compositions qui, à la base, ont été écrites pour des ensembles complets. Tout d’abord, foisonnante et jouée à un tempo pour le moins soutenu dans sa mouture originale, Ornithology revêt ici un aspect imprévisible. Joshua Redman et Brad Mehldau proposent littéralement un dialogue entre saxophone et piano. Cela donne naissance à des phrases musicales remplies de variations et de beauté. Ensuite, la reprise de la pièce In Walked Bud permet de saisir toute l’ampleur de la virtuosité de Brad Mehldau. Ce dernier offre un solo haletant durant lequel les notes se succèdent à un rythme effréné. Jouissif. Finalement, la troisième reprise, la suave The Nearness Of You, s’avère être l’un des moments forts du long-jeu, notamment grâce au solo de saxophone qui conclut la pièce. Joshua Redman y propose une série de figures musicales inspirées, dont une mettant de l’avant la technique de la respiration continue. C’est du joli.

L’autre moitié du disque est formée de deux compositions de Brad Mehldau (Always August et Old West) et d’une de Joshua Redman (Mehlsancholy Mode). Votre humble critique a un faible pour la très réussie Always August. Son approche plus formelle est axée sur la composition plutôt que sur l’improvisation. La symbiose étant palpable, une grande beauté en émane.

Au final, Nearness de Joshua Redman et Brad Mehldau propose six moments durant lesquels les deux musiciens livrent leur musique dans sa plus pure expression et, ne serait-ce que pour cela, ils méritent que nous les saluions bien bas.

Ma note : 8/10

Joshua Redman et Brad Mehldau
Nearness
Nonesuch Records
73 minutes

http://www.nonesuch.com/albums/nearness

Exprimez-vous!