Critiques

Exploded View

Exploded View – Exploded View

  • Sacred Bones Records
  • 2016
  • 40 minutes
6,5

Exploded View«Projet musical» en provenance d’un collectif tournant autour de l’atome central prénommé Anika, activiste politique-journaliste et musicienne anglaise œuvrant en Allemagne, Exploded View propose un premier chantier des possibles qui déconstruit d’un cran la proposition krautrock déjà sifflée par la chanteuse en solo.

La découverte des affinités s’est réalisée en 2014 à Mexico, là où Anika, le temps d’une soirée, s’était entourée de Martin Thulin, Hugo Quezada et Amon Melgarejo pour un tour de chant.

Depuis, le quatuor s’est concentré à la conception d’un premier album qui, lui, nous arrive en mains propres en cette fin d’été.

Première écoute, c’est du côté de la réalisation que notre curiosité auditive porte l’oreille. À l’aide d’un Tascam 388 (un bon vieux 8 tracks), Exploded View s’est donné le défi d’enregistrer en une seule prise tous les sons déployés et entendus. En résulte du bon comme du moins réussi, alors que l’ambiance – étouffante, chaude, fermée – est circonscrite au studio d’enregistrement, l’auditeur étant invité à prendre place en son centre.

Le manque d’amplitude est présent sur l’ensemble des 11 pièces jouées, où le chant d’Anika se heurte à l’exploration sonore de ses acolytes. Une exploration qui marque des points sur de nombreux essais: les bruissements sont omniprésents – tout comme les silences –, les drones se multiplient à l’arrière-scène, l’électricité y est statique. La fraction des rythmes y est constante.

On pense à Portishead à l’écoute des pièces maîtresses que sont Orlando, No More Parties In The Attic et Lost Illusions, qui amalgament toutes trois avec brio la voix nonchalante et apathique de miss Anika à une musicalité résolument improvisée – distorsion des cordes de guitare, ligne de basse lourde et saccadée, batterie carrée.

Mais si certaines chansons se détachent du lot, c’est parce que l’ensemble fait épisodiquement du surplace, surtout en fin de parcours (les deux derniers titres, Beige et Killjoy, sont d’une banalité sans nom).

L’enregistrement live et en une seule prise n’était peut-être pas la meilleure des idées pour le premier opus d’Exploded View, collectif qui mise essentiellement sur l’exploration des gisements sonores pour en extirper son combustible. Le quatuor semble – malheureusement – s’enfoncer dans les sables bitumineux par moment.

Ma note: 6,5/10

Exploded View
Exploded View
Sacred Bones Records
40 minutes

https://www.facebook.com/explodedviewband#_=_

Exprimez-vous!