Critiques

Christine And The Queens

Chaleur Humaine

  • Because Music
  • 2014
  • 39 minutes
8
Le meilleur de lca

110801-sortie-du-premier-album-de-christine-and-the-queens-chaleur-humaineDès les premiers soubresauts de son projet, Héloïse Letissier, alias Christine And The Queens, a été invitée rapidement à jouer dans les ligues majeures. Au départ, projet mêlant vidéo, performance, dessin et musique, c’est un voyage inspirant à Londres où elle fit la rencontre de drag queens qui inspira l’idée de Christine And The Queens à son instigatrice. Avec seulement deux EP en poche (Miséricorde, 2011; Macabay, 2012;), elle signa en 2013 un contrat de disque avec Because Music, un label indépendant français parmi les plus importants en Europe. Elle remporta ensuite un Victoire de la musique à titre de révélation scène.

Quelques semaines plus tard, le lancement de son premier album, Chaleur Humaine, elle faisait salle comble à La Gaîté Lyrique, salle mythique du 3e arrondissement à Paris, en plus de voir son album certifié disque d’or, pour 50 000 albums vendus à la mi-juillet. Avec une telle feuille de route, il n’est pas étonnant de voir l’album nous être poussé gentiment dans les mains de notre côté de l’Atlantique, avec une rumeur plus que favorable à sa suite.

Une mise au point ici se doit d’être posée avant de continuer. Bien qu’on puisse penser le contraire, Chaleur Humaine ne se veut pas un album expérimental, mais bien un album pop. De la pop sophistiquée, aux allures transgenres, entre electronica, pop internationale et chanson française. Un hybride entre Camille et Lorde, entre Véronique Sanson et Björk. Du côté international, on retient, dès les premiers morceaux de Chaleur Humaine, cette propension qu’a Christine à vouloir chanter en anglais et en français sur la plupart des onze chansons du disque. Un anglais appuyé d’un accent français fort, qui fait que le refrain chanté en anglais du premier excellent extrait Saint-Claude, «Here’s my station ouhhh ouhhhhh/But if you say just one word I’ll stay with you ouhhh ouhhhhh», sonne pour n’importe qui comme un dialecte inconnu, et encore moins comme de l’anglais. Dieu merci pour les paroles qui sont glissées ici dans le livret, mais malgré cette prononciation qui pourrait déplaire à plus d’un, on finit par lâcher prise, et à la limite, on finit par aimer cet accent qui massacre les syllabes et les accents toniques. Ceci dit, les textes bilingues, qui sont souvent très beaux, naviguent entre histoire d’amour, affirmation de soi, recherche de la vérité dans les yeux des autres. Le fait de sauter du français à l’anglais ajoute au propos et balance l’univers dans le 21e siècle et dans la France actuelle et multiculturelle d’aujourd’hui.

De iT à Paradis Perdus, une reprise de l’auteur-compositeur-interprète Christophe qu’elle laisse pour un clin d’œil au refrain d’Heartless de Kanye West, on a affaire des chansons culottées, souvent audacieuses et réussies dans une sitedemo.cauction soignée, actuelle. Réalisé par Ash Workman (Metronomy, Veronica Falls), les arrangements se veulent actuels, riches et méticuleux, le tout articulé autour de la voix de Christine/Héloïse, voix qui a un coffre surprenant et qui, par le fait même, exit les clichés de la chanson française (Françoise Hardy, Brigitte Bardot). C’est la chanson Nuit 17 à 52 (parue sous une autre version sur le EP Maccabay en 2013) qui vole la vedette en fin de parcours, par sa justesse, son refrain accrocheur et sa simplicité. Mis à part deux ou trois titres un peu moins forts (quel artiste n’en a pas?), l’album tient la route et promet un très bel avenir pour la jeune artiste.

Il est rare qu’autour de moi un album fasse autant l’unanimité. Mes copines aiment son côté dramatique, mes amis aiment son côté audacieux et sa fougue. Il y a dans Chaleur Humaine de quoi plaire à beaucoup de gens et c’est peut-être sa plus grande qualité: populaire sans être racoleur, complexe sans être alambiqué et confus.

Ma note: 8/10

Christine And The Queens
Chaleur Humaine
Because Music
39 minutes

www.christineandthequeens.com

Exprimez-vous!