Critiques

Chilly Gonzales

Chambers

  • Gentle Threat
  • 2015
  • 40 minutes
8
Le meilleur de lca

Chilly GonzalesHonte à ceux et celles qui ont besoin d’une introduction à Jason Charles Beck, alias Chilly Gonzales, compositeur et pianiste de renommée internationale. Mais puisqu’il y a une première fois à tout, Gonzales s’est fait remarquer fin 90 avec ses pièces combinant rap et électro. C’est toutefois en 2004 qu’il a atteint un sommet avec Solo piano; comme son nom l’indique, œuvre dénudée d’artifices et consacrée à la beauté acoustique du piano. La dernière fois que j’ai écouté Gonzales remonte à l’automne 2014, en duo avec Boys Noize pour l’album Octave Minds), rencontre réussie entre l’électro et le classique. Bref, Gonzales nous revient cette fois-ci avec une approche à la Solo piano, mais avec un quatuor à cordes et quelques surprises en plus.

Prelude To A Feud débute sur des arpèges montants (quel doigté!) pour ensuite se transformer en accords et conclure aux cordes; une délicieuse entrée en matière. Advantage Points se développe aux violons façon staccato, approfondi par les accords rythmés du piano. Sweet Burden est plus lente et triste, avec l’alto supportant gracieusement la mélodie. Green’s Leaves est légère et enjouée, piano et violon s’embrassant sous le soleil du printemps. Freudian Slippers est nuageuse, introspective. Solitaire nous rappelle Solo piano, sans quatuor donc, mais avec toute la beauté de la respiration pianistique.

Odessa est pluvieuse, avec les cordes en portamento et quelques accords majeurs pour alléger la ligne mélodique. Sample This change le ton avec sa forme à mi-chemin entre le «fiddle» et le rap. The Difference continue dans les tons de gris, avec un rythme plus assumé cette fois-ci. Cello Gonzales offre un duo au piano et violoncelle, s’échangeant les accords sur le chemin. Switchcraft s’élève en richesse harmonique avec l’ajout du cor d’harmonie et de la flûte. Myth Me termine l’œuvre sur une note humoristique avec parole et chant du pianiste lui-même.

Chambers s’écoute tout seul, ça se termine et on se dit «déjà!?». Gonzales sait très bien développer les petites histoires mélodiques comme bon lui semble, tout en gardant une part de simplicité que l’on retrouve dans la forme pop, voire rap. C’est ce genre de rencontre, vécue également sur Octave Minds, qui permet à la musique classique de se renouveler, et combler ces jeunes oreilles lasses de la musique pré-écoutée du 21e siècle.

Ma note: 8/10

Chilly Gonzales
Chambers
40 minutes
Gentle Threat

http://www.chillygonzales.com

Exprimez-vous!