Critiques

Car Seat Headrest

Twin Fantasy (Face to Face)

  • Matador Records
  • 2018
  • 71 minutes
9
Le meilleur de lca

En 2016, quand le sublime Teens of Denial fut révélé, j’ai été totalement bluffé par le talent de compositeur et de raconteur d’histoires qui habite le meneur de la formation Car Seat Headrest : Will Toledo. Ce petit rockeur intello et lettré, barniques bien en vue sur son nez, nous avait sciés les deux jambes avec un disque de rock intemporel.

Avant de signer une entente avec Matador Records en 2015, le jeune homme avait bien fait ses classes en autoproduisant une panoplie d’albums lo-fi dont certains furent enregistrés dans l’automobile familiale. C’est dans l’ombre, avec la patience d’un artisan, que Toledo a développé son immense talent. Ce parcours est très loin de celui arpenté par tous ces petits chanteurs pressés de « réussir », sans âme et passéistes, qui passent dans la moulinette mercantiliste de ces émissions de « télé-réalité » musicale…

En 2011, Toledo confectionnait Twin Fantasy; un disque culte adulé par les vieux fans de l’auteur-compositeur-interprète. Ce disque porte sur une relation amoureuse tumultueuse que Toledo aurait vécue à l’adolescence. Les références à une multitude d’échecs relationnels, à la dépression et au suicide pullulent. Malgré le côté « adolescent » des thèmes, le ti-cul de l’époque faisait preuve déjà d’un talent littéraire certain.

Alors, pourquoi refaire un album déjà vénéré par une poignée d’adeptes ? Éprouvant le besoin de peaufiner son œuvre et de lui offrir une sortie publique digne de ce nom, refusant que sa création demeure totalement confidentielle, Toledo nous proposait la semaine dernière une nouvelle version de Twin Fantasy, sous-titrée maintenant, Face to Face.

Grâce à un superbe remodelage sonore, quelques modifications apportées aux textes, de nouveaux arrangements décuplant la forte charge émotive de cette production et… un groupe rock soudé derrière son meneur, qui joue avec l’énergie du désespoir, le déjà chef-d’œuvre de Toledo se transforme en un classique universel, accessible au plus grand nombre, du moins à ceux qui affectionne le rock sincère qui prend aux tripes et conçu sans artifices inutiles.

Ce qui aurait pu être un exercice sans âme et racoleur se transforme en une extraordinaire optimisation du potentiel d’un album qui, sans cette relecture, aurait été l’apanage d’une caste d’initiés seulement. Ce qui aurait pu être une véritable catastrophe se transforme en un miracle rock !

Twin Fantasy regorge de bijoux plus grands que nature, à commencer par Beach Life-in-Death; une pièce épique et tournoyante où les riffs matraques se succède les uns à la suite des autres, dont le texte est subdivisé en trois parties bien distinctes. Le « We don’t want you to die », répété ad nauseam dans la dépouillée Stop Smoking (We Love You), fait monter les larmes aux yeux. Bodys est un parfait pourvoyeur de frissons. High to Death s’écoute dans la pénombre avec un verre bien en main. Et le périple à fleur de peau se termine avec un autre morceau de bravoure d’une durée de 16 minutes, Famous Prophets (Stars) ainsi que par la superbe Twin Fantasy (Those Boys) dont l’orgue clérical bouleversera le plus insensible des hommes.

Que dire de plus ? Twin Fantasy (Face to Face) est un essentiel pour tout amateur de rock digne de ce nom. Aujourd’hui, Will Toledo incarne l’espoir pour ce genre musical en perte de vitesse depuis les deux dernières décennies. Un grand auteur-compositeur-interprète qui, à mon humble avis, n’a pas fini de nous épater.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.