Chroniques

La playlist à Boubi: juillet 2016

bon2016-6Alors qu’on annonce 2016 étant la pire en termes de ventes de musique dans le marché américain, l’état des lieux se fait également criant de notre côté de la frontière. Les disquaires font des pieds et des mains pour attirer les clients en magasin, alors que les médias, eux, ne font que remâcher des statistiques peu reluisantes et vraiment pas sexy de la baisse «phénoménale» du disque. Si vous tapez les mots «baisse+ventes+disques» dans Google, vous remarquerez comme moi ce type d’article avec un titre plus ou moins différent arrivent de nos jours aux trois mois, et ce depuis le début des années 2000, comme si on se mettait en ligne pour donner le dernier de coup de grâce d’un grand malade. Pas d’espoir en fin de compte pour les gens qui aiment leur musique en vinyle, pas plus pour ceux qui aiment le disque compact.

Pour emmener les gens à revenir en magasin, ça prend du sexy, du «sex appeal», du bouche-à-oreille, un peu de pub (salut, Adele). À mes yeux, s’acharner à dire au public que les ventes de musique sont en baisse, c’est comme lui dire tout simplement d’arrêter d’en acheter. (Allez streamer le dernier Leloup pour lui donner des peanuts en retour.) Ça fait l’effet contraire, je trouve. Je serais bien heureux de lire un article des Émilie Côté de ce monde qui se pencherait sur les passionnés du disque et les gens des disquaires indépendants partout au Québec, question de leur laisser une tribune pour s’exprimer et parler de leurs clients, qui eux aussi, croient au marché du disque.

Néanmoins, le décloisonnement de la musique (comme le dit si bien Pierre Lapointe) s’affirme de plus belle, et nous offre une multitude de nouveautés et d’albums à se mettre sous la dent. Pour la playlist de juillet 2016, je vous confie les nouveautés de Local Natives, James Vincent McMorrow, Brendan Canning, KROY, Minor Victories et plein d’autres.

Bon mois de juillet, les mélomanes !


 

Exprimez-vous!