Chroniques

Fugazi

Steady Diet Of Nothing

steady-dietCette année je célèbre mes 25 ans d’union. Les gens plus cool et informés diraient plutôt que je célèbre mes noces d’argent. Puis les plus cool encore, ceux qui veulent que ça donne l’impression que ça fasse encore plus longtemps, diraient que je célèbre un quart de siècle d’union. Vingt-cinq longues années, parfois même beaucoup trop longues, à être follement amoureux de toi, Fugazi.

Les plus perspicaces ou les Ti-Jos Connaissant de ce monde m’auront souligné tout de go que Fugazi n’a pas vingt-cinq ans, mais plutôt une trentaine d’années au compteur, et c’est très vrai. Je les connais moi aussi depuis leurs premiers accords sur disque, mais c’est véritablement à la sortie de leur deuxième album, Steady Diet Of Nothing, qui célèbre ce mois-ci son vingt-cinquième anniversaire, que le coup de foudre s’est sitedemo.cauit pour moi. Quelques-uns diront plutôt que c’est leur troisième disque en carrière et, je l’admets, il y a matière à débat sur le sujet. Comme je n’ai absolument pas envie de perdre du temps de débattre à ce propos, et pour les besoins de mon texte, j’ai choisi l’option du deuxième album.

Durant ce quart de siècle (j’utilise cette expression, car j’aime croire que je fais partie des plus cool), je n’ai eu que quelques petits flirts et incartades mineures avec d’autres groupes. Je pense entre autres à Nomeansno, Kyuss, Kittens, Melvins, Converge, Sepultura, Future Of The Left et Swans. Mais rien, alors là, absolument rien ne s’approche de l’amour viscéral et intense que j’ai pour toi, Fugazi.

La musique du quatuor de Washington ne se définit pas facilement. Il demeure en marge d’à peu près tout ce qui se fait et, bien qu’une tonne et deux tiers de groupes aient tenté de resitedemo.cauire de près ou de loin l’univers de Fugazi, absolument aucun d’entre eux n’a réussi à maîtriser aussi bien l’art de faire de la musique à la fois dissonante, bruyante et expérimentale, mais également mélodique, émotive, diversifiée et engagée. Une musique où l’attention portée à la moindre note, aux moindres détails de chaque instrument, aux moindres mots, est aussi réfléchie et sentie. Quelques groupes le font bien, mais à mes oreilles, ils ne le font pas aussi bien que Joe Lally, Guy Picciotto, Brendan Canty et Ian MacKaye, lorsqu’ils sont réunis.

Paru le premier juillet 1991, Steady Diet Of Nothing n’est assurément pas leur meilleure offrande en carrière, et je m’avancerais même à dire que c’est peut-être leur plus faible, mais comme tous les autres albums du groupe, il est excellent et il passe l’épreuve du temps admirablement bien. Le genre d’album qui est clairement sans gluten, ni lactose, ni arachides, et qui devrait faire partie de l’alimentation sonore de tous ceux et celles qui n’ont rien à foutre de la musique des radios commerciales. En fait, leur musique est fort probablement à base de fruits et légumes frais. Vos préférés à part de ça.

Parmi les chansons les plus notables de Steady Diet Of Nothing, on y retrouve celle qui entame le disque, morceau intitulé Exit Only. Avec ses guitares aiguisées comme les couteaux utilisés par les bouchers, cette pièce sonne la charge magnifiquement bien et laisse déjà savoir à l’auditeur qu’il aura droit à un autre grand chelem du quartette punk.

Soit dit en passant, si Fugazi était un joueur de baseball plutôt qu’un groupe rock anti-mercantiliste, il serait une terreur pour les lanceurs adverses, car il est doté d’une force de frappe et d’une constance rarement égalée. Un genre de Barry Bonds, mais sans les stéroïdes anabolisants, et beaucoup plus sympathique. Bref, pas pantoute comme Barry Bonds.

Parmi les autres coups sûrs, il y a aussi Reclamation avec sa basse hypnotique dont seul le bassiste, Joe Lally, semble connaître la formule. En milieu de parcours, il y a l’énergique et instrumentale Steady Diet qui nous botte énergiquement là où le dos perd son nom. Quant à elle, Long Division nous rappelle à quel point Ian MacKaye possède une voix chaude et unique. Pour terminer l’offrande, il y a la très solide KYEO, qui a été mon premier réel coup de foudre pour le groupe. Une chanson équivalente à un grand chelem frappé à l’intérieur du terrain. Dans le meilleur des scénarios, ce grand chelem ne serait pas frappé par Barry Bonds.

Bien sûr, la musique de Fugazi n’est pas destinée à tous. Elle est crue, sans détour, sans fioriture inutile et direct dans ta face. Elle est interprétée sans compromis et, en prime, les garçons sont franchement inépuisables au niveau de l’énergie et de la fougue. Voilà pourquoi j’ai autant d’admiration pour ces musiciens qui sont d’une authenticité sans faille.

Parlant d’authenticité, Ian MacKaye disait dans une entrevue il y a quelques années, que le groupe avait reçu plusieurs offres de divers promoteurs pour partir en tournée mondiale, et que les sommes d’argent promises au groupe étaient faramineuses, voire même insensées. Toutes les offres ont été refusées catégoriquement par les quatre membres du groupe, car l’argent ne les stimule d’aucune façon. L’unique raison qui pourrait les sortir de leur trop long hiatus (déjà quinze ans qu’ils n’ont pas fait d’album et de tournées), ce serait leur réel désir de faire de nouveau de la musique ensemble. Rien d’autre. Niet. Nada. Ils préfèrent pour l’instant passer du temps en famille et s’occuper de leurs divers projets personnels. C’est une autre des multiples raisons que j’aime tant ce groupe.

D’ailleurs, tant qu’à jaser d’argent, les membres du groupe ont toujours tenu à ce que les prix de leurs disques soient le moins élevés possible. Les tarifs exigés pour assister à leurs concerts n’ont jamais dépassé une dizaine de dollars. Aussi, ils n’ont jamais eu la moindre marchandise officielle à vendre à l’effigie de la formation. Donc, si vous croisez quelqu’un portant un t-shirt ou une tuque de Fugazi, dites-vous que les quatre musiciens seraient fortement contrariés de voir ça. Et ça, c’est pour rester poli. J’imagine facilement qu’un mot de quatre lettres, commençant par la lettre «F» et se terminant par la lettre «K», puisse s’échapper sans retenue de leurs bouches lorsqu’ils voient de la camelote avec le logo du band. Pour des gars qui prônent autant l’éthique, ça doit être vraiment frustrant.

Puis tant qu’à être à contre-courant et ne rien faire comme les autres, ils s’autositedemo.cauisent et ne dépendent d’aucune maison de disque pour leur dire quoi faire et comment sonner. Voilà ce que l’on appelle envoyer chier le système sur toute la ligne!

En terminant, j’aimerais dire à mon groupe préféré que malgré le fait que j’ai l’impression que tu m’abandonnes depuis beaucoup trop longtemps, et qu’il serait grandement temps que tu me gâtes avec la sortie d’un nouvel album, j’ai bien l’intention de viser les noces d’or à tes côtés. Puis pourquoi pas les noces de diamant un coup parti? Ça me ferait juste plus de temps en ta compagnie, puis ça, ça me rendrait visiblement très heureux.

Sache qu’actuellement, je suis en train d’écouter Steady Diet Of Nothing et qu’après seulement trois ou quatre mesures d’Exit Only, je me dis que viser les noces de diamant ce n’est pas assez, et que je devrais plutôt viser les noces de platine, avec toi, Fugazi.

Fugazi
Steady Diet of Nothing
Dischord Records
36 minutes

http://www.dischord.com/band/fugazi

https://www.youtube.com/watch?v=ftOZiLawT8w