Top 25 Albums 2013 Archives - Page 2 sur 2 - Le Canal Auditif

Les 20 meilleurs albums de 2013 selon Mademoiselle Rouge

Il me fait grand plaisir de participer une fois de plus à ce moment fébrile de l’année pour Le Canal Auditif. Peu importe le style des albums que j’ai choisi, je constate que mon année musicale 2013 est fortement teintée de psychédélisme et de références aux sixties… J’ai dû être hippie dans une autre vie! Voici donc ma liste bien personnelle.

elephant-stone-cover-album-art

20. Elephant Stone – Elephant Stone

Pour ma part, un groupe qui porte le nom d’une chanson des Stone Roses, qui allie la pop psychédélique et les superpositions de guitares, c’est gagné d’avance. Avec quelques petits ajouts de musique indienne qui apportent une touche d’originalité, on tombe assurément en état de transe sur plusieurs morceaux.
 

foret_foret

19. Forêt – Forêt

Ma découverte québécoise de l’année. De magnifiques chansons enivrantes, dont les guitares évoquent celles de Grizzly Bear. En spectacle, l’ensemble est interprété de façon éblouissante par ce couple fort attachant. J’ai hâte d’entendre la suite.
 

smith-westerns-soft-will-678x678

18. Smith Westerns – Soft Will

Mon disque easy listening de prédilection des six derniers mois. De la pop planante que j’ai beaucoup appréciée en travaillant (peut-être un peu trop, selon les dires de mon acolyte) et dont les mélodies restent imprégnées dans mon cerveau. Du bonbon pour les oreilles… et oui, un peu addictif!
 

TWFM_Cover_3000x3000px_300dpi_RGB

17. The National – Trouble Will Find Me

Plus linéaire et moins inventif que ce à quoi The National nous a habitués, les compositions de cet album ont tout de même réussi à créer une certaine dépendance chez moi au fil des écoutes. Il suffit d’être dans l’ambiance propice et ça coule tout seul.
 

homepage_large.43fde49e

16. FIDLAR – FIDLAR

Simple, nerveux, et diablement efficace. On a l’impression que le chanteur peut faire exploser ses cordes vocales à tout moment, ce qui est probablement dû au son, un brin «crunchy». À l’écoute de FIDLAR, j’ai presque envie de recommencer à boire de la bière cheap… Une cure de jouvence rock’n’roll!
 

Chelsea-Light-Movingtif

15. Chelsea Light Moving – Chelsea Light Moving

Tout amateur de Sonic Youth qui se respecte ne peut passer à côté de cet album. La différence réside dans l’intensité avec laquelle Thurston Moore appuie sur la pédale de distorsion. La preuve? On a systématiquement envie de faire du headbanging à l’écoute de Alighted.
 

primal-more

14. Primal Scream – More Light

Il y a de ces groupes dont on entend parler depuis des années, mais sur lesquels on n’a jamais vraiment posé ses oreilles… Honte à moi! J’ai découvert Primal Scream en 2013. Cet amalgame d’instruments hétéroclites et de styles musicaux crée un ensemble ultra solide dont on ne se lasse pas.
 

Thee-Oh-Sees-Floating-Coffin

13. Thee Oh Sees – Floating Coffin

La pochette (horrible ou géniale, choix difficile) a le mérite de représenter parfaitement bien la musique qui se cache derrière. Je laisse donc libre cours à mon interprétation: les yeux et les dents, pour le rock vigoureux et abrasif, et les fraises, pour Minotaur, la petite touche sucrée de l’album. Pour un ensemble somme toute assez déjanté!
 

99332-sortie-du-nouvel-album-danna-calvi-one-breath

12. Anna Calvi – One Breath

Pour une deuxième fois, la bouleversante Anna Calvi me donne des frissons. Dans ce cas-ci, on a droit à de nouvelles orchestrations en prime, ce qui lui donne une signature bien à elle. Tantôt électrique, tantôt suave, elle a tout bon. Remarquable ! Je craque pour la bruyante Love Of My Life.
 

ty-segall-sleeper

11. Ty Segall – Sleeper

Ce cher Ty Segall, dont j’ai découvert l’oeuvre l’an dernier et adoré le concert en début d’année, se la joue plus tranquille cette fois-ci. Un album introspectif remplit de splendides mélodies mélancoliques et dépouillées. En mode électrique comme en mode acoustique, le jeune homme est véritablement débordant de talent.
 

PortugalTheMan

10. Portugal. The Man – Evil Friends

Ne connaissant pas les autres albums de la formation, je ne peux pas faire la comparaison. Par contre, ici, l’apport de Danger Mouse est palpable, on ne peut s’empêcher de penser à sa collaboration avec les Black Keys. L’effet est le même pour moi: des chansons pop hyper accrocheuses que j’ai juste envie d’écouter en boucle.
 

a3067995959_2

9. Jimmy Hunt – Maladie d’amour

J’étais déjà conquise par Jimmy Hunt, mais selon moi, cet album lui permet de franchir une étape supérieure. Avec ses synthés très seventies et ses textes qui lui sont si propres, c’est atmosphérique et sexy à la fois. Marie-Marthe n’est pas juste une «vieille conne», elle est aussi magistrale.
 

Cave Push the Sky Away

8. Nick Cave And The Bad Seeds – Push the Sky Away

Notre crooner sombre chéri est fidèle à son habitude… Il ne nous déçoit jamais ! Est-ce que je peux dire que Jubilee Street est une des meilleures chansons de l’année ou cela a déjà été dit des milliers de fois? Pas grave, je le répète. Un grand disque pour Nick et sa bande, tout simplement.
 

KurtVileWOAPD

7. Kurt Vile – Wakin On A Pretty Daze

Contrairement à Smoke Ring For My Halo, j’ai dû mettre un peu plus de temps pour apprivoiser celui-ci, mais je dois avouer qu’on plonge allègrement dans le rêve éveillé de Kurt Vile. La qualité de ses compositions et la nonchalance de sa voix sont irrésistibles.
 

queens-of-the-stone-age_like-clockwork-608x6083

6. Queens Of The Stone Age – …Like Clockwork

La formation, que j’affectionne depuis longtemps, gagne ici en maturité, tout en gardant l’intensité et la sensualité qu’on lui connaît. Ça faisait un petit bout qu’on attendait un album de ce calibre de la part de QOTSA! La puissante If I Had A Tail est hyper jouissive.
 

homepage_large.0e818946

5. Foxygen – We Are The 21st Century Ambassadors Of Peace & Magic

Les influences qui nous viennent en tête en écoutant cette pop psychédélique sont tellement nombreuses! Peu importe, les chansons s’enchaînent joliment bien et on réalise tout à coup qu’on vient de passer à travers un album fantastique. J’adore.
 

Youth-Lagoon-Wandrous-Bughouse

4. Youth Lagoon – Wondrous Bughouse

Dès qu’on appuie sur «play», le voyage est enclenché. On entre dans une bulle dont on ne veut plus sortir: ambiance hallucinogène et bidouillages sonores sont au rendez-vous. On est sur la même planète que les Flaming Lips et on devient vite accro. Magique!
 

106278

3. Arcade Fire – Reflektor

De la première à la plus récente écoute, cet album est passé de l’état d’«incertain» à «grandiose». It grows on you, qu’ils disent… Le mélange des genres et l’inventivité sont à l’honneur et c’est une totale réussite. Bravo encore une fois à nos Arcade Fire!
 

savages-silence-yourself-album-cover-press-300

2. Savages – Silence Yourself

Des effets de guitares propres à Bauhaus, une basse intense et une voix fougueuse qui rappelle Siouxsie Sioux… une musique pourtant bien ancrée dans notre époque. Dès la première écoute, j’étais scotchée à mes haut-parleurs. Un premier album interprété par quatre jeunes femmes qui livrent totalement la marchandise en concert. Une bombe.
 

deerhunter-monomania

1. Deerhunter – Monomania

Plus rock, moins expérimental… Je ne sais pas quoi dire, de peur de passer pour une brainwashée de Deerhunter. C’est viscéral, tout ce que produit ce groupe (ensemble ou séparément) me fait littéralement vibrer les neurones. Ça ne s’explique pas, ça se vit. OK, j’arrête, je deviens trop intense.
 

Mentions honorables:

Suuns – Images du Futur, Nine Inch Nails – Hesitation Marks, Chelsea Wolfe – Pain Is Beauty, Phosphorescent – Muchacho, Jon Hopkins – Immunity, The Men – New Moon.

Les 25 meilleurs albums de 2013 selon Jean-Simon Fabien

artworks-000046168644-q6nqes-crop

25. Valleys – Are You Going to Stand There And Talk Weird All Night

Valleys fait dans l’électronica sombre et lugubre. Mais l’ajout de voix, douces et vaporeuses, tempère l’ambiance froide et glauque créée par les machines du duo. Un album fascinant pour son tour de force esthétique.
 

tegan-sara-heartthrob

24. Tegan And Sara – Heartthrob

Tegan And Sara ont réussit avec leur plus récent disque à passer d’un registre folk-déçu-avec-des-guitares-acoustiques à un univers électronique où les regrets laissent toute la place au désir et à l’éventualité imminente d’une relation sexuelle. Pari réussi, les sœurs gagnent en attention médiatique (et en fans féminines prépubères), tout en rassasiant ceux qui les suivent depuis le début. L’électro leur va bien et au final, on est juste heureux d’entendre leurs voix s’accorder dans d’immenses refrains.
 

a0800288108_10

23. Locrian – Return To Annihilation

Drone, noise, industriel, post, name it, Locrian navigue dans le synthétique, l’analogique et l’organique. Une chose est sûre, leur univers est des plus sombres. Sur Return To Annihilation, on retrouve leurs compositions lentes – rappelant parfois Jesu – au développement aussi épique que soudain. Étrange objet artistique ce disque qui est d’une inquiétante puissance dans le genre cérébral.
 

Pelican_-_Forever_Becoming

22. Pelican – Forever Becoming

On reconnaît sur Forever Becoming la signature de Pelican: des murs de guitares – au son si caractéristique – des pièces étoffées, longues et hermétiques, de lentes, mais savantes transitions entre l’agression et l’aérien et un sens du crescendo sans pareil. On s’en était ennuyé de ce flair créatif sur What We All Come To Need en 2009. C’est dans les territoires explorés par Mogwai (de l’ère Rock Action et Young Team), que Pelican étonne et captive le plus.
 

Mutoid-Man-Converge

21. Mutoïd Man – Helium Head

Stephen Brodsky (Cave In) et Ben Koller (Converge, All Pigs Must Die, Acid Tiger) sont Mutoid Man. Ils pondent avec Helium Head un album de trash-défonce des plus satisfaisant. Cousin légitime des Lightning Bolt de ce monde, le duo clenche sur chaque pièce de ce Helium Head une charge de lasers hurlants. Bref, c’est pareil comme dans les films de science-fiction où y’a des explosions dans l’espace pis toute. Ok?

eshf_MutationCover_1

20. Mutation – Error 500

Sur Error 500, Ginger Wildheart et sa bande déploient un drôle d’assemblage d’industriel et de grindcore. Ça donne un élément clairement instable, vu le caractère explosif des pièces. Toutes plus savamment construites les unes que les autres, elles réussissent à préserver cet équilibre précaire entre la totale furie et la décadence festive. J’ai aimé, avec des stingers…

soeurs-boulay-poids-des-confettis-300x300

19. Les Sœurs Boulay – Le poids des confettis

Les Sœurs fendent le cœur. Malgré une parcimonie de vocabulaire et d’instruments, elles racontent des histoires extraordinaires qu’on croirait enfantines. Le poids des confettis, c’est finalement un peu comme mourir à petit feu en revoyant en diapos sa vie. Au moment décisif, les Sœurs ne regrettent cependant rien. Elles sont candides et cutes et en prime, on a des shooters de fort su’ l’bras.
 

Folly-The-Hunter-Tragic-Care-250x226

18. Folly And The Hunter – Tragic Care

La formation montréalaise Folly And The Hunter travaille une pop qui évoque les premiers moments de Coldplay. Habile mélange de piano, synthés et guitares avec une voix tantôt chaude, tantôt déchirante, ce Tragic Care est une belle offrande. Bien ficelées, les pièces s’enchaînent avec douceur. À surveiller.
 

Cave Push the Sky Away

17. Nick Cave And The Bad Seeds – Push the Sky Away

Le dernier Nick Cave est un incontournable des listes de fin d’année. Parce que oui, c’est Nick Cave. Mais Push The Sky Away renferme de merveilleux titres désarmants de sensibilité enrobés sombrement. La poésie de Cave y est vaporeuse et d’une cruelle beauté. À écouter.
 

BONAL020_Cover

16. Ponctuation – 27 Club

Ponctuation a été une délicieuse surprise du côté franco. On aime la guitare, la voix et les structures simples, mais efficaces. Les textes sont brillants et cohérents lorsque raboutés les uns après les autres. Des effets simples, une vibe rock, que demandez de plus?
 

Whores-Clean-500x500

15. WHORES. – clean.

Clean. est le deuxième album du combo noise-rock d’Atlanta. À la croisée des Melvins et des Jesus Lizard, Whores. (avec un point, parce que sinon votre moteur de recherche pourrait se méprendre sur vos intentions) a pondu un disque de défonce des plus réjouissant cette année. Avis aux profanes, le chant dans Whores. est somme toute assez propre si on le compare au mordant des guitares. Étoffé, solide et déluré, c’est heavy-duty, gras et sexy.
 

318401

14. This Routine Is Hell – Howl

Habile mélange de hardcore et d’éléments metal, Howl est un deuxième effort convainquant de This Routine Is Hell. Le savant fou Kurt Ballou, derrière la console, a réussi à extirper le maximum du groupe. Profondeur dans les guitares, multiples couches d’instrumentations et clarté de la voix malgré les cris et les jappements.
 

Recommended-Album-Review-SISU-Blood-Tears

13. SISU – Blood Tears

Blood Tears est un album sentimental fantomatique qui ne néglige ni le rythme ni la mélodie. Sandra Vu (Dum Dum Girls), y mélange avec soin, sans les édulcorer, des influences allant du post-punk au dream pop, en passant par les sentiers shoegaze tracés par My Bloody Valentine. Découverte qui rappelle Autolux ou l’univers des Silversun Pickups.
 

deerhunter-monomania

12. Deerhunter – Monomania

Deerhunter a fait mousser l’engouement pour Monomania en annonçant en grande pompe que ce gravé allait faire renaître le rock. On leur pardonne leur manque de modestie et pas juste parce que le groupe est un abonné des palmarès de fin d’année. Monomania est un album original dans la discographie de Deerhunter. Plus mordant qu’Halcyon Digest, sans être épars comme Cryptograms ou noise comme l’éponyme, il n’est ni une synthèse ni un retour en arrière. Un des rares groupes à se réinventer à chaque parution.
 

130709-fuzz-cover

11. Fuzz – Fuzz

Fuzz est une excellente entrée en matière dans l’univers du bouillant Ty Segall. Comme son nom l’indique (exactement comme Épargne Placement Québec, mais pas vraiment), c’est tellement fuzzé que ça devrait être taxé. Des pièces garrochées avec des solos approximatifs et une attitude garage éprouvée confirment la place de Segall au panthéon du DIY de sous-sol.
 

artworks-000058428461-poucxd-crop

10. Year Of No Light – Tocsin

La formation de post metal française prend du galon avec Tocsin, son 3e album (2e instrumental). Year Of No Light continue de façonner une musique pesante, lourde et introspective tout en prenant ses distances des ISIS et Cult Of Luna de ce monde. De longues transitions et un sens cinématique rehaussent l’expérience d’écoute. Un grand album dans le genre.
 

a3320012150_2

9. The Courtneys – S/T

The Courtneys est un charmant groupe canadien qui mélange les meilleurs éléments féminins des années 90 (d’où le nom, dah!) aux tendances indés actuelles. On entend sur ce premier opus autant du beach pop que de gros clins d’œil aux Breeders. Fascinante découverte où règne la joie candide de la troisième bière, sous un coucher de soleil floridien.
 

BONAL025_Cover

8. Joseph Arthur – The Ballad of Boogie Christ I/II

Le prolifique Joseph Arthur revient en 2013 avec les deux premiers chapitres d’un projet multidisciplinaire à achever en 2014: The Ballad of Boogie Christ. On y retrouve un Arthur spirituel-mais-pas-gossant et particulièrement inspiré. La pièce titre est du grand Arthur: «Christ would buy butter and make you some toasts» dit-il un sourire dans la voix. Et que dire de The Saint Of Impossible Causes, sûrement sa plus belle balade depuis Our Shadows Will Remain en 2004. Bref, de grands moments de communion.
 

KurtVileWOAPD

7. Kurt Vile – Walkin On a Pretty Daze

Kurt Vile fait dans le folk introspectif. Il va plus loin avec son deuxième album. Une fois encore, sa candeur nonchalante et ses arrangements simples accompagnent à merveille ses compositions écorchées. L’écho de sa guitare captive tandis que sa voix chaude chante avec retenue des textes prudes, d’une étonnante maturité. On aime quand il s’emporte sur plus de 7 minutes aussi!
 

mokenney

6. Mo Kenney – Mo Kenney

La voix de Mo Kenney touche droit au cœur dès le premier titre de ce premier effort Eden. Au fil du disque on découvre une jeune auteure-compositrice fragile, nostalgique et écorchée. Ses chansons guitare-voix, habillées sobrement par le grand Joel Plaskett, rappellent Nick Drake ou Beck, mouture Mutations/Sea Change. Déjà Vu entraîne, Sucker accroche et Carnivore transperce. Excellent.
 

Ken_Mode_-_Entrench

5. KEN Mode – Entrench

Après avoir touché au registre sludge avec Venerable en 2011, le trio de Winnipeg revient avec un album de hardcore qui donne une sérieuse leçon d’intensité. Entrench est un album mature marquant un virage dans le son du groupe. Il dévoile un côté hardcore assumé. On l’entend dans les progressions très sales, beaucoup plus rapides que ce qu’a fait KEN Mode jusqu’ici. La production de Matt Bayles est robuste et sans faille. L’album respire sans s’essouffler. Assurément l’un des meilleurs disques cette année.
 

Sebadoh-Defend-Yourself-500x434

4. Sebadoh – Defend Yourself

Lou Barlow est une figure marquante du rock des 30 dernières années tant sur la scène hardcore que sur la scène «indé» et pas juste pour son poste au sein de Dinosaur Jr. Defend Yourself sans être attendu était pressenti en raison de la multiplication de leurs tournées ces dernières années. On y retrouve un Barlow inspiré, moins rageur que dans les années 90, mais certainement en forme. Il explore de nouveaux registres vocaux et dévoile une sereine sensibilité. Album de la maturité pour Barlow? On ne sait pas, mais certainement un album d’expérience. Solide.
 

umojacketv1

3. The Besnard Lakes – Until In Excess, Imperceptible UFO

Besnard Lakes hypnotise encore avec leur plus récent disque. La formule n’étonne peut-être pas, mais, l’esthétique seventies, les guitares fuzzées, les chœurs envoûtants, les textes impressionnistes et la production d’époque évoquent ce qui se faisait de mieux à l’âge d’or du rock. Dispersée dans divers side-projects après Are The Dark Horse, la bande revient en force. People Of The Sticks est une pièce maîtresse à écouter.
 

sc260lores

2. Suuns – Images du futur

Suuns est un groupe qu’on doit apprivoiser. Groove, noise et déconstruction mélodique se côtoient autant qu’elles se complètent sur Images du futur pour créer une furieuse vague d’ondes. A priori impénétrable, on en vient à aimer cette voix douce couplée à un mur de distorsion et d’effets électroniques: c’est un album d’une incroyable profondeur. Le seul défaut de Suuns restera toujours sa proximité sonique aux géants Clinic.

TheOcean-Pelagial

1. The Ocean – Pelegial

The Ocean c’est ce groupe allemand à géométrie variable de math-prog-metal. Abonnés aux parutions conceptuelles, le contenu musical de leurs efforts est souvent édulcoré dans une trame narrative lourde. Ce n’est pas le cas ici. Pelagial est une savante architecture metal. D’une puissance et d’une cohérence qui rappellent par moment Oceanic de ISIS, les pièces se déversent les unes dans les autres comme autant d’affluents vers un fleuve tantôt calme et linéaire, tantôt trouble et rageur: du grand art. Indélogeable de la première position depuis sa parution, Pelagial est d’ailleurs l’un des meilleurs albums du genre des 12 dernières années. C’est indéniable.

Mentions honorables:

Melvins – Tres Cabrones, Castles – Fiction Or Truth, Les Guenilles – Zéro pis une barre, Sound City Players – Sound City Soundtrack, Black Rebel Motorcycle Club – Specter At The Feast, Nine Inch Nails – Hesitation Marks

Les 15 meilleurs albums de 2013 selon Émilie Asselin

46674-300c

15. Keith Kouna – Du plaisir et des bombes

Un album paru en 2012, mais qui a pris réellement son envol en 2013! Keith Kouna nous propose un cocktail de mots et de sentiments. Il vient nous chercher droit au cœur avec sa poésie flamboyante, originale, cynique, et même, comique. Du plaisir et des bombes c’est la ligne entre un gros coup de poing et un baiser langoureux.
 

106278

14. Arcade Fire – Reflektor

Voilà un groupe qui a su épater avec leurs précédentes œuvres et qui impose de très grandes attentes envers son public. Reflektor relève le défi, avec une construction originale et en sortant d’une certaine zone de confort. Toujours aussi généreux, Arcade Fire nous livre un opus rempli de variations musicales. Peu importe le moment, l’opus s’écoute en boucle avec attention. Un défoulement émotionnel assez intense!
 

a3067995959_2

13. Jimmy Hunt – Maladie d’amour

Jimmy Hunt ne m’avait jamais vraiment accroché auparavant. Maladie d’amour m’a captivé immédiatement avec ses compositions sensuelles, électros/acoustiques. Des textes assez éloquents, puissants et perturbants. Un pur réconfort, un bijou et un merveilleux camarade.
 

atoms for peace amok

12. Atoms For Peace – Amok

Comme toujours, Thom Yorke sait livrer la marchandise. Cette fois, le projet est plus axé sur les sons que sur les paroles. Des rythmes qui nous plongent dans un surréalisme musical. Amok nécessite cependant quelques écoutes avant de vraiment s’enivrer de ses sonorités généreuses et intelligentes. Une fois charmé, on ne peut s’en passer…
 

BONAL020_Cover

11. Ponctuation – 27 Club

Très énergiques, les deux frères viennent nous embarquer dans leur aventure grunge rock! Florissant, original et sans prétention, c’est une belle recette que nous offre Ponctuation avec leur premier album! Un duo décapant et rafraîchissant pour la scène rock francophone.
 

a3192293664_2

10. Klô Pelgag – L’alchimie des monstres

Le plus impressionnant dans cet opus est sans doute l’énergie de la chanteuse qui créé une poésie anormale, si on peut dire. Des mots et des phrases hors normes, mais qui viennent tout de même nous fouetter. Grâce à sa voix rauque et singulière, on voyage au travers de nouvelles perspectives sonores. Un très gros coup de cœur pour Klô Pelgag!
 

james-blake-overgrown2

9. James Blake – Overgrown

Quoique son précédent album fût lui aussi un chef d’œuvre, Overgrown est encore plus poussé musicalement parlant. Le talent de James Blake se fait sentir surtout dans l’originalité de ses sons futuristes, du mélange de dubstep et des chœurs de gospel combinés à sa voix angélique. Brillantes, ambitieuses et raffinées, les ballades de James Blake se marient à merveille.
 

homepage_large.46cf19cb

8. Phosphorescent – Muchacho

Un peu country sur les bords, plusieurs instruments y figurent et libèrent une ambiance totalement nostalgique. Très sentimentale, mais aussi captivante, l’œuvre comporte des mélodies exceptionnelles, et la voix cassée du chanteur nous berce merveilleusement bien.
 

sc260lores

7. Suuns – Image du futur

C’est une transe perpétuelle! Le psychédélisme des synthés, la voix tombante du chanteur, on traverse carrément un monde parallèle. Une mention particulière pour Edie’s Dream qui nous transporte directement dans un rock rêveur. Une véritable extase!
 

Cave Push the Sky Away

6. Nick Cave And The Bad Seeds – Push The Sky Away

Pour son quinzième album, le groupe n’a pas laissé de côté son imagination. Une belle monture accompagnant la voix grave et fonceuse de Nick Cave, ainsi que des jeux de mots à esquisser un sourire lors de l’écoute. Push The Sky Away est un gros plus pour la musique en 2013.
 

ty-segall-sleeper

5. Ty Segall – Sleeper

Un album acoustique et coloré d’une ambiance sentimentale et nostalgique. Sleeper rassemble de belles chansons folk, des percussions élémentaires, et des inflexions vocales brisées. L’album ressemble réellement à un vieil enregistrement issu des années 60. Très bonne recette nous rappelant Syd Barrett.
 

Rhye-Woman

4. Rhye – Woman

Romantique, sensuelle, Rhye est dotée d’une élégance incroyable. Woman est un délice innovateur dans le genre pop/R&B. Sa musique se savoure à tous moments; que ce soit sous une pluie torrentielle, le matin en déjeunant, ou en revenant de travailler. Une belle mixture d’instruments particuliers, notamment les cuivres! Impossible de résister!
 

316951_1

3. Moderat – II

Moderat réussit à nous offrir un amalgame de sons sophistiqués digne du duo allemand (Apparat et Modeselektor) qui revient pour un deuxième round. Simplement intitulé, II, l’œuvre nous procure un haut niveau de sensations!
 

0001044698_10

2. Avec pas d’casque – Dommage que tu sois pris

Ce maxi est un charme en soi. On ne peut pas ignorer les textes éloquents de Stéphane Lafleur. L’homme possède un talent lyrique exceptionnel utilisant les métaphores de façon astucieuse. En somme, c’est une musique aux effluves country qui nous procure de belles balades pour la vie de tous les jours.
 

Laura-Marling-Once-I-Was-An-Eagle-300x300

1. Laura Marling – Once I was an Eagle

Une maturité exquise. En juxtaposant son talent à la multitude d’émotions qu’elle désire nous transmettre, son œuvre est un pur délice à écouter. Un vrai livre ouvert, et un mariage parfait entre la voix et la guitare acoustique. En soi, Laura Marling fait preuve d’une maîtrise absolue. Un baume pour l’âme!
 

Mentions honorables:

Jon Hopkins – Immunity, Yamantaka//Sonic Titan – Uzu, Foals – Holy Fire, Alaclair Ensemble – Les maigres blancs d’Amérique du noir, A Tribe Called Red – Nation II Nation, Groenland – The Chase, Mazzy Star – Seasons Of Your Day, Anna Calvi – One Breath, M.I.A. – Matangi, The Knife – Shaking The Habitual, Jesse Ware – Devotion, Daughter – If You Leave, Random Recipe – Kill The Hook, Woodkid – The Golden Age, Maybe Watson – Dreak, Boards Of Canada – Tomorrow’s Harvest.

Les 20 meilleurs albums de 2013 selon Patrick Felton

2013 aura été sans contredit une année de grand cru. De beaux retours, la guigne du deuxième album relevé avec brio, des nouveaux talents, bref, nous avons eu droit à de la grande qualité et à beaucoup de variété. De ces vingt meilleurs albums, je retiens la place que les femmes occupent de plus en plus, et surtout, l’effet Arcade Fire, qui en plus de dominer ce palmarès, a créé des retombées au Canada au cours de la dernière décennie. On retrouve cinq artistes canadiens dans cette liste. Le Canada rivalise avec la Grande-Bretagne en tant qu’exportateur de musique de qualité, est-ce possible?

BONAL027_Cover_HR

20. MARK BERUBE – RUSSIAN DOLLS

Album-surprise, compositions solides, voix polyvalente, Mark Berube, avec Russian Dolls, devrait connaître une reconnaissance grandissante. Arrangements riches, harmonies vocales superbes. On flanche sur Russian Dolls.
 

12737

19. LOW – THE INVISIBLE WAY

Les Velvet Underground des temps modernes nous ont offert un album d’une grande beauté et pour une écoute de tous les jours. Vingt ans de carrière et toujours aussi émouvants. On fredonne Just Make It Stop.
 

artworks-000036535849-v1k1o7-t500x5001

18. TRIXIE WHITLEY – FORTH CORNER

Elle nous avait terrassés avec Black Dub. Voilà la première offrande de ce prodige. Côté intensité, elle reprend où son père nous avait laissés. Quelle voix! Ce n’est que le début. On flanche sur Silent Rebel Pt 2.
 

ngln

17. SON LUX – LANTERNS

Imaginatif et hors de ce monde. Un peu comme son compère Sufjan Stevens, Son Lux nous amène dans un monde parfois cinématographique souvent inconnu. La production est irréprochable. On se laisse surprendre par Lost It To Trying.
 

99332-sortie-du-nouvel-album-danna-calvi-one-breath

16. ANNA CALVI – ONE BREATH

Le mystère, la voix suave, les arrangements, Anna Calvi poursuit dans les beaux arrangements. Celle qui marchait dans les pas de plusieurs prédécesseures avant elle entame dorénavant sa propre marche. On s’émeut sur Sing To Me.
 

DJ-Koze-Amygdala

15. DJ KOZE – AMYGDALA

Superbe mosaïque résumant le travail de Stefan Kozella. Amygdala se veut riche et accessible dans sa variété en plus de compter sur de réputés collaborateurs. On passe aisément du «downtempo» au dansant. On se laisse emporter par Marilyn Whirlwind.
 

The-Knife-Shaking-The-Habitual

14. THE KNIFE – SHAKING THE HABITUAL

Impossible de passer sous silence une oeuvre de The Knife. Inventif et déstabilisant, cet album est d’une créativité indéniable. Le titre en est sa raison d’être! On aime beaucoup Wrap Your Arms Around Me.
 

Cave Push the Sky Away

13. NICK CAVE AND THE BAD SEEDS – PUSH THE SKY AWAY

L’homme n’a plus besoin de présentation sauf que sa musique et ses textes sont toujours aussi empreints de cette douce noirceur mélancolique. Les Bad Seeds sont toujours aussi bons! On jubile sur Jubilee Street.
 

Youth-Lagoon-Wandrous-Bughouse

12. YOUTH LAGOON – WONDROUS BUGHOUSE

L’album que MGMT ne semble pas être capable de faire. On nage en plein délire, mais le tout faisant amplement de sens et on aime ça. Une signature musicale unique. On plane sur Pelican Man.
 

zomby5

11. ZOMBY – WITH LOVE

Zomby a une facture musicale bien à lui. Campé dans les sonorités vintage des boîtes à rythmes, Zomby nous amènent au jungle, au dub, au UK garage en passant par le breakbeat. Tout y passe pour un album double de plaisirs. On nage en plein mystère sur Isis.
 

Immunity+artworks000045647280aa6v1tt500

10. JON HOPKINS – IMMUNITY

Sans l’ombre d’un doute un compositeur au sommet de son art. Immunity est une offrande pensée, étudiée, mais qui nous surprend par les émotions dégagées. On s’envole sur Immunity.
 

BOARDS-OF-CANADA-TOMORROWs-HARVEST

9. BOARDS OF CANADA – TOMORROW’S HARVEST

Une autre oeuvre remarquable de ce duo. Figure de proue de la musique électronique intelligente, BOC déçoit rarement. Légèrement campé dans le pessimisme, on s’y laisse bercer quand même. On se laisse chavirer sur New Seeds.
 

austra16

8. AUSTRA – OLYMPIA

Surprenant album. De la pop intelligente et des compositions fortes. Carrière fort prometteuse. Tout se jouera en spectacle pour ce type de groupe. Entre temps, Olympia pourrait se mériter le prix Polaris 2014. On entonne haut et fort What We Done.
 

316951_1

7. MODERAT – II

Les trois comparses allemands frappent fort et y vont d’une suite mémorable. Une œuvre de musique électronique accessible pour tous. Tout y est, du dancefloor au transcendant. On tape du pied sur Bad Kingdom.
 

51OTk9vdQML._SL500_

6. JOHN GRANT – PALE GREEN SHOES

Le Harry Nilsson des années 2010. La barbe et le costard rencontrent des textes parfois crus, parfois humoristiques, souvent humains. Le folk procréé dans l’électro. En boni, Sinéad O’Connor. Un album polygame! On adore Why Don’t You Love Me Anymore.
 

f3232f42

5. YAMANTAKA//SONIC TITAN – UZU

Album concept. Audacieux dans sa forme et sa musicalité. Une surprenante réalisation. Les sources et influences sont variées. Groupe théâtral canadien originaire de Montréal, vraiment?! Enfin! On joint la danse autour d’un feu sur One.
 

5021392841199

4. MACHINEDRUM – VAPOUR CITY

Bonjour le dub, le jungle, voire même le drum and bass. Œuvre presqu’anthologique, mais bien campé dans son temps. Une trame sonore pour toute occasion. Certains producteurs de musique électronique devront prendre des notes. On capote sur Eyesdontlie!
 

trentemoller-Lost-500-tt-width-360-height-342-crop-1

3. TRENTEMOLLER – LOST

Superbe album aux multiples facettes et collaborations. Qui aurait dit qu’un DJ ne pouvait faire un album de pop réussi? De Candy Tongue à Trails en passant par The Deam, voilà une œuvre aux multiples facettes intéressantes.
 

tumblr_ms8592fuXU1qzcyaqo1_1377665174_cover

2. MOONFACE – JULIA WITH BLUE JEANS ON

Intense, vibrant, à la fois lumineux et introspectif. Piano, voix et courage. Le défi est relevé. Spencer Krug est un artiste à part entière. Œuvre intemporelle. Décidément le noir est de retour à la mode et on s’exalte sur Barbarian.
 

106278

1. ARCADE FIRE – REFLEKTOR

Sans l’ombre d’un doute! L’audace, la variété, un grand album! Mission accomplie pour le défi de l’album concept et double de surcroît. On dansera sur Reflektor et on se recueillera sur Awful Sound. Un grand groupe!
 

MENTIONS HONORABLES:

Deerhunter – Monomania, Goldfrapp – Tales Of Us, Suuns – Images du futur, Fuck Buttons – Slow Focus, Tim Hecker – Virgins, MGMT – MGMT, London Grammar – If You Wait, Primal Scream – More Light, Seb Black – On Emery Street, Ty Segall – Sleeper.

Les 10 meilleurs albums de 2013 selon Thomas Rideau

Superbe année que 2013. Pleins de retours ou de grosses sorties à l’image de Daft Punk, Arctic Monkeys, Arcade Fire ou Bertrand Cantat. L’offre musicale n’a pas ralenti un instant lors de ces douze derniers mois. Rythmées comme un titre de Deafheaven, les parutions se sont succédées à une vitesse folle. Alors, où était la bonne musique cette année ? Début de réponse avec cette liste très personnelle.

a0199593809_2

10. The Judy Blooms – Judy

Sorti du bouillon originel musical qu’est Brooklyn, ce duo quasi inconnu compose une musique extrêmement influencée par The War On Drugs ou Beach House. Son CD, Judy, est une ode à la liberté, à l’amour, mais aussi et tout simplement à la musique produite dans des garages.

rcd-2146-fire-without-noticing-cd_19_2013-07-07-23-18-15

9. Fire! – (Without Noticing)

Le trio scandinave offre un CD penchant aussi bien du côté du krautrock que du rock psyché. Des élans lyriques maintiennent l’opus sur des hauteurs dont seul le jazz semble avoir le secret.

 

detroit-horizons-cover

8. Détroit – Horizons

Le miracle de l’année. Bertrand Cantat, après douze ans de silence, nous offre un nouvel album! Un album sans pudeur et nourri d’allusions au passé dramatique de l’artiste. Complexe comme Des visages des figures et ce n’est pourtant pas un autre opus de Noir Désir, mais bien un nouveau projet avec une nouvelle identité hors du commun.

john-vanderslice-dagger-beach

7. John Vanderslice – Dagger Beach

Vanderslice semble avoir mal vécu la fin de son mariage et a décidé d’en faire un disque. Folk dépouillé et voix à fleur de peau, Dagger Beach est rempli de mélodies classes et poignantes d’une sobriété rare. Le neuvième album est le bon pour le songwriter originaire de Floride.

2200 X

6. Keith Jarrett Trio – Somewhere/Everywhere

Le géant Keith Jarrett accompagné par un Jack Dejohnette et un Gary Peacok au sommet de leur art donne une conception sonore que ni Brian Eno, Erik Satie ou Duke Ellignton (si si) auraient eu la force de renier. Autant cinématographique qu’ambiant, c’est la plus forte sensation de Jarrett depuis le concert de Cologne de 75.

Immunity+artworks000045647280aa6v1tt500

5. Jon Hopkins – Immunity

Le compositeur anglais balance une électro puissante, magistrale, claustrophobe et finalement aventureuse. Presque constamment en état de grâce, Immunity est peut être la prouesse électro de l’année.

 

3610153928808_600

4. De La Jolie Musique – Mémoire Tropicale

Facile à faire, mais le nom du groupe colle parfaitement au titre Mémoire Tropicale. Lo-fi et classe, la musique d’Erwann Corre va au-delà du simple hommage à Gainsbourg. Voilà trente-cinq minutes de poésie électrique et un opus en or pour le compositeur parisien.

cover_mendelson-500x500

3. Mendelson – Mendelson

Le parlé de Bouaziz sur les chants infinis des instruments qui s’étirent a quelque chose d’envoûtant, d’incroyable, d’ensorcelant. Un disque magique à l’écriture profonde et sincère. Le superbe retour de Mendelson à son plus haut niveau et même largement plus.

933-MaisonTellier-une-tt-width-360-height-342-crop-1

2. La Maison Tellier – Beauté Pour tous

Folk ou country, le quintette français impose toujours son univers Far West avec en plus, une production incroyablement soignée. Désormais, la voix de Raoul Tellier prend une ampleur mélancolique sans égal en France. Les textes sont beaux, la musique impeccable et les mélodies déchirantes. Tout simplement.

106278

1. Arcade Fire – Reflektor

Jouissif et complexe, Arcade Fire sort son deuxième grand disque. Autant vertigineux qu’épique, Reflektor est le blockbuster de l’année produit par James Murphy. Un chef-d’œuvre comme il y en a dix tous les vingt ans!

 

D’autres albums presque aussi bons:

Death Grips – Government Plates, The Pastels – Slow Summits, High Highs – Open Season, These New Puritans – Field Of Reeds, Vampire Weekend – Modern Vampire Of The City, The World Is A Beautiful Place & I Am No Longer Afraid To Die – Whenever, If Ever, Andrew Bird – I Want To See Pulaski At Night, Bill Callahan – Dream River, Champion – 1, Kurt Vile – Wakin On A Pretty Daze

Et ceux pas convaincants du tout…

Anna Calvi – One Breath, Atoms For Peace – Amok, Editors – The Weight Of Your Love, Stereophonics – Graffiti On The Train, Volcano Choir – Repave