Les EP à LP Archives - Page 2 sur 11 - Le Canal Auditif

Les EP de novembre 2016

LYDIA KÉPINSKI – EP

Lydia KépinskiÇa fait un petit bout de temps qu’on a Lydia Képinski sur notre radar. La jeune femme faisait paraître cette semaine son premier EP. Elle écrit très bien et s’inscrit dans la longue tradition de la chanson française. Le mini-album a été réalisé par Blaise Borboën-Léonard (Hôtel Morphée, Queen Ka et Unexpect). La mélancolie occupe une place de choix sur M’attends-tu alors qu’Apprendre à mentir est plus dynamique à défaut d’être plus heureuse. On aime.
 
 


 

LAURA BABIN – WATER BUFFALO

Laura Babin Laura Babin avait fait paraître Tranquillement en 2014 qu’on avait bien apprécié au Canal. Deux ans plus tard, elle nous revient avec de nouvelles compositions beaucoup plus matures et étoffées. Entourée des capables David Dupaul à la basse et Francis Ledoux (Jesse Mac Cormack, Fire/Works) à la batterie, elle nous présente des pièces qui ont de la personnalité. L’excellente Water Buffalo et la mélodieuse La couleur sont particulièrement percutantes.


 

VICTIME – MON VR DE RÊVE

VictimeVictime est une nouvelle formation de Québec qui compte dans ses rangs Laurence Gauthier-Brown qui a accompagné Ponctuation sur scène dans les derniers deux ans. Son nouveau trio est complété par Samuel Gougoux et Simon Provencher. Les trois jeunes musiciens nous envoient un percutant EP punk et marginal par la tête. C’est grinçant, agressif et tout de même assez mélodieux pour qu’on reste accroché.
 
 


 

THE POSTERZ – BORED IN CANADA

The PosterzLa formation de hip-hop montréalaise s’est inspiré de Boards of Canada pour créer son plus récent EP. Le trio se lance dans une expérimentation où le rap et les essais musicaux sont intimement liés. Ce n’est pas toujours parfait, mais il faut avoir du cran pour se lancer dans une aventure aussi folle. Ça ne les empêche pas de nous envoyer plusieurs moments puissants dans les oreilles. Je pense, entre autres, à la prose rapide sur Bored ou encore l’atmosphère éthérée de In.
 
 


 

ATSUKO CHIBA – THE MEMORY EMPIRE

Atsuko Chiba fait dans le rock progressif expérimental selon leurs propres dires. Il y a des compositions inspirés des meilleures années de Rage Against The Machine, une section rythmique qui s’inspire de Shellac et beaucoup de chansons plaisantes pour les oreilles. Ce sont de très bons musiciens et sur The Memory Empire, ils font l’étalage de ce dont ils sont capables. Trois chansons qui frisent la demi-heure de durée. C’est tout à fait délicieux.
 
 


 

AUTRUCHE – FERME LES RIDEAUX, JE SUIS EN FESSES

autrucheAutruche, c’est un groupe de rock garage assez à côté de la track. Mettons que dans le champ gauche, ils sont quasiment rendus à la clôture qui délimite le territoire. Sur ce nouvel EP de trois chansons, ils se gâtent en accords surprenants, en mélodies indie-rock et en riffs de guitare délicieux. La chanson Fister un punk est particulièrement réussie alors que Caresse-moi stp est touchante et mélancolique à souhait.
 
 


 

CARAPACE – VERT-DE-GRIS

crapaceCarapace est originaire de Rivière Héva. Là, je t’entends me dire : c’est où ça? C’est en Abitibi-Témiscamingue quelque part entre Malartic et Rouyn-Noranda. Puis Carapace, ça sonne en ti-péché. Ça rentre au poste avec une agressivité et une franchise peu ordinaire. Si on fait abstraction d’App t, qui est un enregistrement d’une blague jouée à un ami et qui est seulement drôle si tu connais ladite personne, le reste de Vert-de-gris est succulent. Vicky Neveu ne donne pas sa place derrière le micro alors que les guitares sont bruyantes et fuzzées. Ça vaut le détour.
 
 


 

KARIM OUELLET – AIKIDO

karim-ouellet-akidoKarim a connu une année assez occupée avec la parution de son troisième album : Trente. Voici que le musicien de Québec, lance un EP gratuit. Celui-ci a été fait de manière plus individuelle puisqu’il a tout fait par lui-même. Il n’a fait appel qu’à Thomas Lapointe pour le mixage et le matriçage. C’est plus simple et c’est très efficace. On retrouve un Ouellet plus brut qui sait toujours créer de magnifiques mélodies. Ça marche.

MYRIAM FOURNIER – LA FILLE À RAYMOND

myriam-fournierMyriam Fournier lançait ce mois-ci son premier EP intitulé La Fille à Raymond. Comédienne plus que capable, elle nous démontre maintenant qu’elle sait aussi manier la guitare. Elle n’en est pas à ses premières expériences avec la musique puisqu’elle fait partie des Marjos, groupe parodique qui fait des versions a capella des chansons de la Marjo nationale. On découvre une jeune femme qui mélange influence country et folk en simplicité qui n’est pas sans rappeler les Sœurs Boulay. C’est bien réussi dans l’ensemble et ça va faire plaisir au cowboy en toi.
 
 


 

DEAR CRIMINALS – LIVE (AVEC LE CHŒUR JFP)

dear-criminalsDear Criminals c’est un groupe qui aime les défis. Après un spectacle en 3D lors du dernier FME, voici que le trio lance un EP live avec le chœur de l’école secondaire Joseph-François Papineau. D’ailleurs, la moitié des fonds amassés grâce à la vente de l’album ira à la fondation JFP. Je ne vous casserai pas les oreilles avec l’importance d’encourager les adolescents qui sentent l’appel de la musique. Mais oui, on pense que c’est essentiel. Non seulement tu soutiens une bonne cause, mais en plus, t’as un magnifique EP qui te fera dresser le poil quelques fois sur les bras.
 
 


 

Les EP d’octobre 2016

MARCIE – MONTRÉAL EST EN CENDRES

marcie-montreal-est-en-cendresMarcie avait fait paraître son album homonyme en 2013. Depuis, la jeune femme a été passablement occupée, enchaînant les tournées au Québec et en Europe. Elle a fait la première partie de Mickey 3d, pas plus tard qu’en septembre. Sa chanson française est limpide, mélancolique et mélodieuse. Montréal est en cendres a été co-réalisé par Dany Placard et Louis-Philippe Gingras. La bande a fait un beau travail et ce mini-album arrive pile-poil pour le temps frisquet de l’automne.

VAN CARTON – LA SAISON

a3217959692_10Van Carton est le projet solo de Guillaume Monette qui s’est fait un nom en tant que membre de 3 gars su’l sofa. On est dans un tout autre registre avec ce nouveau projet. Oubliez les chansons légères empreintes d’une joie de vivre contagieuse. Cette fois-ci, on est plongé dans un univers beaucoup plus complexe, musicalement plus mélancolique. Son indie rock possède de beaux atours comme le démontre la mélodieuse Chien Blanc ou encore l’intéressante et tripative Au nom d’une femme. Ça vaut le détour.

BASECAMP – IN STONE

500x500Basecamp est l’union de trois producteurs américains. On y retrouve Aaron Miller, Aaron C. Harmon et Jordan Reyes. Ensemble, ils créent un électro assez sobre qui mélange les influences venues du R&B, de la pop et de l’indie rock. Le trio n’hésite pas à surprendre l’auditeur avec des détours inusités, intéressants et franchement mélodieux. The Hunter fait très belle figure, mais c’est la chanson titre qui vole la vedette avec sa trame nuancée et sa mélodie intoxicante. Si vous aimez l’électro-pop qui sort des sentiers battus, Basecamp risque de vous séduire à la première écoute.

SLEAFORD MODS – T.C.R

5dfa2dd3-9838-4da6-b8c7-4b6407274be0_04e88379-5311-4444-b75f-590757e4516a_grandeLe rock prolétaire a toujours fonctionné très bien en Angleterre. Sleaford Mods est un groupe qui s’inscrit dans cette mouvance avec son rock minimaliste et abrasif. Le duo nous arrive avec un nouvel EP qui fait suite à la sortie de Key Markets en 2015. Les textes sont toujours aussi critique de la classe politique et de l’austérité qui prévaut en ce moment. Avec sa musique répétitive, le groupe crée des trames qui sont quasi hypnotiques alors qu’ils crachent son fiel au micro.

DES ÉBAUCHES – PREMIÈRE IMPRESSION

a2931471112_10La dernière sortie du groupe indie rock montréalais Des ébauches date de 2014 avec Le Prisme des éclats. Voici que la formation revient avec un nouvel EP de cinq chansons qui offre plusieurs moments intéressants. Des spasmes de rock sur la chanson-titre aux moments de surenchère sonore sur La vie qui paie, c’est bien plaisant pour les tympans. La formation a fait appel à Éric Goulet pour la réalisation de ce mini-album et à l’écoute, on ne peut que reconnaître son excellent travail sur première impression.
 
 


 

BALMORAL – VERTIGE EP

a2724337218_10Balmoral est le projet de Marc-André Beaudoin, membre des groupes Rose Fargo, Palais et Corail Parc. Celui-ci a fait paraître de nombreux titres sous son pseudonyme solo. Solo, mais pas seul. Il compte sur l’apport de Laurence Giroux-Do (Le Couleur) à la voix et de Jean-Sébastien Brault-Labbé (Samuele) à la batterie. Le résultat est quatre chansons de folk rock assez mélodieuses qui tournent autour du thème de l’amour, du désir et des vertiges que les relations amoureuses peuvent entraîner. C’est assez plaisant pour les oreilles, particulièrement la chanson titre.
 
 


 

FRACTION – PLANÈTE HUMAINE

a1457191272_10Fraction est le pseudonyme d’Éric Raynaud qui a notamment été guitariste pour la formation Mary Lake dans les années 90. Aujourd’hui, le musicien concentre son attention sur l’exploration auditive électronique. Ses trames sont souvent très chargées et relativement mélodieuses pour les essais qu’il fait. D’ailleurs, la plupart de ceux-ci sont très concluants. La distorsionnée et inquiétante Fibre [5719] et l’atmosphérique et nuancée Noed Deux montrent la polyvalence dont il fait preuve sur Planète Humaine.

VAGUE STATION – PLAN INITIAL

a0031354150_10Dans l’antre du Pantoum, il se passe bien des choses intéressantes. Vague Station est l’une de celles-là. Le projet solo d’Antoine Provencher mérite qu’on s’y attarde. C’est très mélancolique et assez sobre musicalement. On y retrouve des similitudes à Philémon Cimon vocalement alors que musicalement c’est un peu plus nerveux. Mais juste un peu. C’est quand même assez posé. Provencher semble encore chercher exactement sa voie, mais en attendant, ses essais sont très intéressants. Ce sera un artiste à surveiller dans les prochaines années.
 
 


 

TAUR – OATHBREAKER

taur-oathbreakerTaur est le projet musical du français Mathieu Artu. Celui-ci faisait paraître à la mi-octobre son deuxième EP: Oathbreaker. Ses productions sont très réussies et mélange habilement des expériences sonores avec de la mélodie pop très efficace. Artu pond une pop rythmée et contagieuse sur le nouvel album comme le démontrent éloquemment la mélancolique Like Everyone Else et l’entraînante Home. Ce qui est bien avec Taur c’est qu’on a droit à une pop non convenue qui garde tout de même son côté rassembleur.

SCARE – FLESHED OUT

a1871347211_10Scare est une formation de Québec qui déchire pas mal. Si tu cherches du punk qui mélange le screamo et qui parfois se lance dans des riffs plus lourds, tu es à la bonne place. On peut y voir certaines similitudes avec les débuts d’Alexisonfire, mais c’est plus gras que le band de Toronto. Lil Jon Vs Satan qui ouvre la galette donne un bon aperçu en plus d’être très convaincante. La chanson titre est, quant à elle, plus lourde et lente tout en gardant cette hargne qui caractérise le son du groupe.
 
 


 

Les EP de septembre 2016

JESSE MAC CORMACK – AFTER THE GLOW

qsm-jesse-mac-cormackLe Montréalais Jesse Mac Cormack fait paraître son troisième maxi intitulé After The Glow. On retrouve celui qui nous avait déjà charmés avec le mini-album Crush il y a deux ans. On sent vraiment que Mac Cormack est tranquillement en train d’affiner son approche. Un peu comme un bon vin, le jus de raisin y était, mais au fur et à mesure qu’il vieillit en barrique, on découvre de nouvelles saveurs et celles déjà présentes sont exacerbées. Si vous ne connaissez pas encore ce jeune créateur de talent, il est temps de s’y mettre!

LES SOEURS BOULAY – LENDEMAINS

a3196133325_10Mélanie et Stéphanie Boulay ont lancé un peu plus tôt ce mois-ci le EP Lendemains. Ce sont des pièces écrites pendant ou après l’écriture de 4488 De l’Amour paru l’an dernier. Les deux soeurs étaient pressées et ne voulaient pas attendre un autre album pour les partager avec le public. On y trouve la déprimante, mais très bonne Déjeuner, écrite par Philippe B. Sur le maxi, on revient à quelque chose de plus sobre et simple, les deux soeurs, une guitare et parfois un petit peu de batterie. C’est intime et doux tout comme l’automne qui cogne à nos portes.

VINCE STAPLES – PRIMA DONNA EP

homepage_large-88a25161L’Américain Vince Staples a lancé l’excellent Summertime ’06 en 2015. Le jeune rappeur nous revient avec nouveau maxi lancé un peu plus tôt ce mois-ci. On y retrouve 6 chansons solides sur lesquelles ont contribué A$AP Rocky, James Blake et André 3000. Le deuxième tient les rennes de deux productions et c’est évidemment excellent. Rajoutez à ça que Vince Staples rappe avec assurance et nuance. Le tout vaut vraiment le détour. La chanson-titre est particulièrement marquante par son débit rapide et chirurgical.

ABAKOS – NEW CONSTELLATION

qsm-abakosPierre Kwenders et Ngabonziza Kiroko font parler d’eux avec leur nouveau projet depuis quelques mois déjà et ils ont même fait quelques présences scéniques cet été. Voici que leur EP, New Constellation, voit le jour. C’est une excellente collection de trois chansons qui mélange soul, électro expérimental et R&B. Les deux Montréalais originaires du Congo seront un duo à suivre de près dans la prochaine année. J’espère bien que ce n’est pas la dernière fois qu’on entend parler d’Abakos.

SERPENTWITHFEET – BLISTERING EP

serpentwithfeet-announces-debut-ep-blisters-drops-title-track-1469794581Si vous cherchiez un artiste hors de l’ordinaire, je vous mets en garde, vous venez de le trouver. Serpentwithfeet est le pseudonyme de Josiah Wise, un jeune homme de Baltimore qui fait du néo-gospel. Le jeune baigne dans l’occulte et on retrouve dans sa musique des éléments de musique gothique, de métal, de néo-soul et de R&B. C’est sérieusement marginal par rapport à tout. Il avoue lui-même faire du gospel païen. Je vous dirais que c’est un peu plus intense que ça. Le résultat est d’une grande beauté et d’une fragilité magnifique. Il est émouvant sur Four Ethers alors que Redemption est d’une musicalité très intéressante. Il faut dire qu’il a eu l’aide de The Haxan Cloak à la production ce qui aide à avoir des trames de grande qualité.


 

ROBBIE IVON – FAUSSES PARODIES

a3503908755_10Robbie Ivon fait paraître un premier maxi et on découvre un jeune homme qui possède une bonne plume et un style musical intéressant. Il dédie son album à «des années de procrastination et un mois de février de merde». Eh bien, le résultat de ces moments, sans doute déplaisants, est tout sauf anodin. Que ce soit avec la mélodieuse Je me souviens, l’intime et émouvante Le silence ou encore la singulière Le plafond salarial, il ne nous offre rien de banal. On espère bien qu’il en aura plus à nous raconter bientôt parce que ça passe très bien le test.
 
 


 

DEAR CRIMINALS – ANOTHER PICTURE

a1917514444_10Dear Criminals lançait au milieu du mois leur nouveau maxi, Another Picture. Fidèle à leur habitude, les pièces sont léchées, bien composées et surtout avec une personnalité unique. Sur ce nouvel album, ils nous offrent trois pièces assez aériennes qui flottent dans une atmosphère songeuse. Cold Wave, qui n’est pas sans rappeler la mélodie de Le monde est stone, est particulièrement efficace.

SAN JAMES – NO ONE CHANGES OVERNIGHT

2_insideSan James est le projet solo de Marilyse Senécal qui joue dans les sonorités jazz réconfortantes et enveloppantes. La voix de la jeune femme y est pour beaucoup avec sa couleur chaleureuse et chaude. In The End possède une bonne mélodie alors que Please Don’t Say nous offre une version plus intime de la Montréalaise. Parmi les 5 chansons, c’est surtout I Never Do et son air entraînant qui retient l’attention.
 
 


 

FACE-T – EP 2

a0767747075_10Face-T est un protégé de Poirier et fait dans le dancehall et le reggae. Il avait déjà fait des vagues avec son précédent EP et il revient avec un deuxième qui met de l’avant encore une fois sa musique aux couleurs chaudes et estivales. Ce Canadien a été élevé en Jamaïque et on reconnaît les influences des styles populaires sur l’île dans ses chansons. Évidemment, Poirier avec ses productions de qualité y est pour quelque chose. On retrouve aussi Mungo’s Hi-Fi, Riddim Wise et King Doudou derrière les trames. Un artiste qu’on devrait entendre sur les pistes de danse des plus grands clubs de Montréal au même titre que Sean Paul et Elephant Man.


 

FJORD – TEXTURES

5b6ed4c9ddeddd93ce6651d007fa7e83-410x410x1Ça fait un bout de temps qu’on suit Fjord qui nous offre toujours des pièces d’électro veloutées et mélodieuses. Le groupe nous présente maintenant son premier maxi, Textures. On y retrouve une belle adaptation de Hey Hey, My My de Neil Young. Ils ne sont pas les premiers producteurs à s’attaquer à la chose, on se souviendra de Chromatics qui l’avait aussi échantillonné il y a quelques années. Cette chanson trouve indéniablement preneur chez les producteurs. Louis-Étienne Santais et le chanteur à la voix androgyne Thomas Casault n’ont pas manqué leur coup et leurs chansons sont très accrocheuses.

Les EP d’août 2016

LE MONDE DANS LE FEU – LE MIRACLE DE LA TEMPÉRATURE

a3358614235_10Le monde dans le feu est le jouissif exutoire de poésie psychédélique de Benoît Poirier, batteur de Jesuslesfilles et directeur musical de CISM. Son complice musical Bruno Corbin complète le duo qui nous offre un nouvel album 3 ans et demi après la sortie du «split» Toute est dans toute en compagnie de Ponctuation. Encore une fois, c’est décapant, rapide et solide. Notons que Guillaume Chiasson de Ponctuation et Jesuslesfilles ont écrit la mélodieuse Rerepas Repupu qui est une sorte de relecture réinventée de Repas Repu issu de l’EP Lèche-vitrine. Cette fois-ci, c’est très électro, rythmé et l’on y retrouve aussi des cuivres un peu déglingués. Un ovni magnifiquement plaisant dans la lignée de Les Amis Au Pakistan.
 
 
 


 

HELENA DELAND – DRAWING ROOM

a1644894202_10Helena Deland est une nouvelle venue qui arrive avec une pop mélodieuse, un peu lo-fi, mais surtout magnifiquement composée. La jeune femme possède déjà une personnalité musicale forte et assumée. Cela donne un EP totalement réussi et charmant. Il faut dire qu’elle est bien entourée, Jesse Mac Cormack à la réalisation fait encore une fois belle figure. De plus, on retrouve Mathieu Bérubé à la guitare et le talentueux Francis Ledoux à la batterie. Ça vaut le détour pour la mélancolique Black Metal et la touchante Drawing Room.
 
 
 


 

TREVOR SENSOR – STARVED NIGHTS OF SATURDAY STARS

a3707311282_10Il y a quelques mois, je vous avais parlé du premier maxi de Trevor Sensor, de sa voix unique, enrouée et enjôleuse. Eh bien, l’Américain nous revient avec un nouvel EP de 3 titres. Starved Nights Of Saturday Stars nous offre encore un folk rock très réussi inscrit dans la lignée de Bob Dylan, mais avec des sujets plus trash et un angle plus pop. C’est excessivement efficace. Vraiment, Sensor est un jeune artiste à surveiller. Il est en train de démontrer qu’il possède de l’âme à revendre et une profondeur peu commune pour un si jeune homme. Il démontre aussi une maturité musicale avec la surprenante et magnifique Another Night At Lamppost Lounge.
 


 

CHARLOTTE DAY WILSON – CDW

charlotte-day-wilson-cdw-cover_jwvz2kAoût est vraiment un mois pour les petits nouveaux. Parmi ceux-ci, la voix sublime de Charlotte Day Wilson se démarque. La chanteuse de Toronto a d’abord fait une apparition sur le dernier album de Badbadnotgood et maintenant elle lance son propre mini-album plein de soul lancinant, de trames qui oscillent entre séduction et mélancolie. La Canadienne incarne la parfaite représentation de la «blue-eyed soul». L’enveloppante Work et la rythmée Where Do You Go valent le détour.
 


 

MAEL – MAEL EP

a4140501140_10Mael est une chanteuse montréalaise et vous le devinerez… une autre nouvelle venue. Encore une fois, c’est de la pas pire qualité. La jeune femme donne dans un R&B assez pop et mélodieux. Ses musiciens ont une petite tendance pour les sonorités éthérées et indie-rock. Le mélange entre les deux est bien réussi, donne un goût frais aux chansons de Mael. Hey You est accrocheuse à mort, alors que Shine Through Me est d’une belle sensualité.
 
 
 


 

PALLBEARER – FEAR AND FURY

488076Le groupe de doom américain Pallbearer se prépare à partir en tournée avec Baroness. Pour ce faire, la formation présente un maxi de trois chansons qui comporte une version rematricée de Fear And Fury, en plus de deux reprises. Il y a d’abord une Over And Over de Black Sabbath bien lourde et fuzzée. Puis, ils reprennent habilement Love You To Death de Type O Negative. C’est lourd, c’est méchant et c’est délicieux pour les oreilles.
 


 

BEARD SPRINGSTEEN – SOME KIND OF LOBSTER

a1403231924_10Le son de Beard Springsteen pourrait être classé dans la même catégorie que Solids bien que ce soit un peu plus rapide et nerveux. Le duo possède un bon sens de l’humour comme en témoignent leur nom de groupe et le titre de leur nouvel EP. Originaires de Fredericton, ils produisent de manière constante et rapide depuis deux ans. Si vous aimez le punk bien crasseux, mais qui compte sur des mélodies efficaces, vous allez adorer Beard Springsteen.
 
 
 


 

KLLO – WELL WORN

GI-271_1500x300_540_540KLLO est un duo australien formé par les cousins Simon Lam et Chloe Kaul. Leur électro-pop est non seulement très mélodieux, mais aussi enveloppant. Lam réussit avec très peu d’instruments à créer un sentiment de plénitude pour les oreilles. Les claviers sont bien calibrés et Kaul chante avec un léger filet dans la voix. Ça rappelle un peu Hundred Waters et Tei Shi. Les cinq chansons de Well Worn valent le détour bien que Walls To Build et Bolide font très belle figure.
 


 

SORDID SHIP – COCAÏNE OFFSHORE

a3179115888_2Sordid Ship est un groupe punk dans le plus pur sens du terme. Originaires de Lorient, ces Français aiment la musique qui rentre au poste avec juste assez de mélodie pour qu’on s’y retrouve facilement. C’est méchant et assez agressif sans non plus tomber dans le hardcore. Rarement, les pièces dépassent la barre des deux minutes et comme tout bon album de punk, on finit l’écoute en se demandant: mais voyons, que s’est-il passé? C’est dynamique et bien réussi.
 


 

INKHOUSE – HAUL ME DOWN EP

a2463088082_10La formation Inkhouse nous arrive du sud de Londres. On compte parmi ses rangs Laurence Kelly et Andrew James… et ils font pas mal tout par eux-mêmes. Le groupe propose une pop dite indie-rock assez mélodieuse et lumineuse dans ses sonorités. Parfois, le duo se fait magnifiquement mélancolique comme le démontre Just For The Night. C’est encore une fois un autre groupe intéressant qu’on a devant nous!
 
 
 


 

Les EP de juillet 2016

CHARLOTTE CARDIN – BIG BOY EP

charlotte_2La Montréalaise Charlotte Cardin fait fureur en ce moment un peu partout à l’international. À l’écoute de son premier EP, on comprend pourquoi. C’est un peu comme si Cœur De Pirate, Amy Winehouse et Jessie Ware avaient eu un enfant ensemble. Son interprétation est juste, nuancée, précise et émouvante. Musicalement, elle nous offre une pop avec des accents de jazz et de hip-hop. On y retrouve aussi une apparition digne de mention de Husser du groupe The Posterz sur une trame noire, mélancolique et totalement réussie.


 

JULIA JEAN BAPTISTE – EP

a3958847352_10La jeune Française Julia Jean Baptiste a tout un parcours artistique. Tout d’abord, elle a participé à Star Académie en 2009 (en France) pour ensuite décrocher le rôle de chanteuse chez Pendentif. Voici qu’elle nous propose maintenant de la musique en solo. On retrouve beaucoup de Pendentif, comme quoi, c’est une alliance naturelle. Sur ce premier mini-album, elle nous offre de l’électro-pop qui oscille entre le velouté et des rythmes dansants. Une autre sortie intéressante chez les très capables disques Entreprises.


 

OF COURSE + L’AMALGAME – LE PRIX DU FUNK

logo LCAPeut-être avez-vous écouté l’EP collaboratif des deux groupes montréalais ici même sur le Canal Auditif ? Un heureux mariage qui est arrivé lors d’un spectacle partagé entre les deux groupes. Le coup de foudre a été instantané et ils ont décidé de rentrer en studio ensemble. Le résultat est un hip-hop sur le 220 couché sur des rythmes funks, mais ultra-cool. Ces deux jeunes groupes montrent de très belles choses sur ce maxi et l’on y retrouve un mélange qui nous rappelle les premiers moments de Radio Radio.


 

CRAKHED – CECI N’EST PAS UNE CRITIQUE SOCIOCULTURELLE DE L’ANTHROPOCENTRISME MODERNE

a0199632802_10Au Canal Auditif, on a plusieurs de nos critiques qui sont aussi musiciens dans la vie. Hugo Tremblay est l’un de ceux-là. Celui-ci vient de lancer son premier EP sous le Crakhed. Vous y trouverez des compositions assez noires, rythmées et pas mal intéressantes. On y trouve aussi des mélodies vocales qui ne sont pas sans rappeler Philémon Cimon. Et en plus, il gagne la palme du titre le plus long depuis l’Idler Wheel de Fiona Apple. Allez écouter ça!
 
 


 

THE PHEELS – LIKEWISE EP

the-pheels-likewise-ep-L-GEnC0CLe nouveau duo américain The Pheels a fait paraître un premier EP à la fin juin et c’est tout à fait intéressant. Avec une approche hip-hop, les deux jeunes hommes font une pop décalée infusée d’une R&B perdue dans les nuages de fumée. On reconnaît une influence de N.E.R.D. dans la façon de construire leurs chansons, mais c’est un tantinet plus marginal. Cependant, des pièces comme Favorite Luv montrent à quel point ils sont doués pour les mélodies intoxicantes. Un groupe à surveiller.


 

LINA TULLGREN – WISHLIST EP

a1995249611_10Tu aimes Scout Niblett, Sharon Van Etten et Angel Olsen? Alors Lina Tullgren est taillée sur mesure pour tes oreilles. La jeune femme originaire du Massachusetts a lancé un peu plus tôt son maxi de façon indépendante, mais voici que la maison de disque Captured Tracks a mis la demoiselle sous contrat et fait paraître de nouveau l’album de cinq chansons. Les pièces sont empreintes d’une mélancolie magnifique, le tout chanté dans une intimité belle et émouvante. Une jeune compositrice qu’on aura à l’œil.


 

LA FÊTE – ENTROPIQUES

a2556901368_10Nimbes est mort, vive La Fête! Le groupe de Québec n’est plus, mais cela n’a pas empêché certains de ses membres de se regrouper autour d’un nouveau projet un peu post-punk, un peu indie et très lo-fi. Encore une fois, voilà un «record» enregistré entre les murs du Pantoum qui est en train de devenir un lieu de culture inévitable dans la Capitale nationale. En attendant, vous pouvez découvrir cette nouvelle proposition aux mélodies entraînantes et aux guitares généreuses.
 
 


 

ALMEEVA – OBLITE

a2000617521_10Il y a environ deux ans, nous vous avions présenté l’EP Anamorphic du compositeur Gregory Hoepffner, alias Almeeva. Alors que son dernier mini-album prenait une tournure plus pop et hip-hop, il revient cette fois à ses origines plus expérimentales avec de lentes progressions et des ambiances riches. Il ne délaisse pas pour autant complètement son goût pour des pièces plus pop. On en retrouve avec la mélodieuse Part Fiction.


 

BUSTY AND THE BASS – LIFT

15f5171ceea427a1c87b0a60e5e0187703899fb7Busty And The Bass, c’est un groupe de neuf jeunes musiciens. Oui, oui, neuf. Ils ne rentrent même pas tous dans une van. La formation fait de la pop mélodieuse auquel des éléments de jazz, de hip-hop, de R&B et de musique électronique viennent se greffer. C’est généralement bien efficace et facile à prendre par une belle journée de juillet. Ils nous montrent leur diversité musicale qui n’est pas sans rappeler celle de Bran Van 3000 à une autre époque.


 

MY FAVORITE HORSES – NORTHERN LIGHTS II

a1857969429_10Les Français de My Favorite Horses sont originaires de Montpellier. Après avoir retenu l’attention de la presse européenne grâce à leur titre Marble Chest, ils lancent maintenant un premier maxi. Leur folk rock possède des touches d’indie rock et juste assez d’éléments bruyants pour éviter le lisse et ennuyant. Ils possèdent un bon talent pour la mélodie et en font la preuve avec ces cinq titres de qualité.