Jazz Archives - Le Canal Auditif

Critique : Christian Scott – Ruler Rebel

Christian Scott a dévoilé, plus tôt cette année, la première partie de ce qui sera bientôt une trilogie. Il y exploite plus profondément son concept de « Stretch Music » qui fut initié dans son dernier album. Après s’être forgé une forte réputation dans la communauté jazz avec la sonorité très caractéristique de son jeu (dû en partie à ses trompettes faites sur mesure par Adams Instruments) et de ses mélodies accrocheuses, le louisianais a choisi de s’éloigner très loin des sentiers battus par le jazz. On assiste depuis peu en musique à une remontée de l’intérêt du hip-hop pour un jazz plus poussé. Or, on assiste ici à l’effet contraire : de la musique à priori jazz se voit colorée de très fortes influences hip-hop. C’est un mouvement relativement populaire dans le jazz actuel, mais Ruler Rebel est beaucoup plus assumé et explicite en ce sens. Et le « Stretch Music » de Scott s’étend beaucoup plus loin que le hip-hop. Son jazz est maintenant une grande soupe de styles et d’influences qu’il manie parfois avec une grande aisance… et d’autres fois plus difficilement.

Commençons par les aprioris. Le son de Scott est l’un des sons de trompette les plus originaux et plaisants à écouter. Il est précis, mais tout de même rond et chaud, et ce autant dans les aigus que dans les graves. Son jeu est, comme toujours, excellent, et celui de ses musiciens l’est tout autant. La flûtiste, Elena Pinderhughes, saute les octaves avec une aisance hors du commun en gardant un son anormalement décontracté, les trois batteurs et percussionnistes gardent la section rythmique en haleine avec des grooves – pour la plupart — intrigants. Bref, tout est là niveau talent. Évidemment, Christian Scott n’allait pas s’entourer de néophytes pour mener à bien un tel projet.

La production est bien exécutée dans la majorité de l’album; elle constitue une autre dimension de l’aspect pop de la musique du trompettiste. Beaucoup de travail de panoramisation est appliqué un peu partout dans l’album, et ce de manière interactive — par opposition à statique, où l’on assigne à chaque instrument une place fixe dans l’espace. Cette manière de faire n’est pas beaucoup utilisée dans une production jazz habituelle, et ce, même pour la majorité du jazz contemporain. Beaucoup d’effets inhabituels sont utilisés de façon très créative, comme du « bitcrushing » sur un piano ou du fuzz sur une trompette. Voilà une autre mode très actuelle dans la musique pop plus expérimentale. On voit donc résolument ici le Stretch bien aimé du trompettiste.

Jusque là, tout va bien. Les instrumentistes sont excellents, les compositions sont accrocheuses sans être fromagères (à l’exception de New Orleanian Love Song II, qui a une progression un peu paresseuse et beaucoup trop « gangsta » à mon goût – mauvaise référence à Still D.R.E.? ). Le concept est intéressant et le son de Scott est exquis presque partout sur l’album… Mais il y a deux problèmes majeurs avec l’œuvre. Premièrement, l’écoute de l’album nous laisse sur notre faim au niveau de la cohérence; il ne semble avoir aucune ligne directrice claire. Entre Rise Again, version inutilement trap de l’initialement excellente Sunrise in Bejing, et la presque brésilienne New Orleanian Love Song, on trouve peu de rapports visibles. Les pièces sont courtes et parfois mal développées (autre partie de son influence hip-hop qu’il aurait dû négliger), malgré que l’on sache très bien que Scott est capable de petits bijoux à ce niveau.

Deuxièmement, Scott semblait penser qu’il ne suffisait que d’un rythme générique de trap pluggé dans une copie de TR-808 pour faire une référence intéressante au hip-hop, et ça donne certains passages assez dérangeants. Le son des drum machines, partout où ils apparaissent (à l’exception des deux dernières pièces) semble si peu travaillé que ça donne juste une sauce disparate de styles qui semblent alors incompatibles. Dommage! Le trompettiste nous a prouvé l’exact opposé dans son excellent dernier album avec Tantric. Ce manque de perfectionnisme est probablement dû à l’ambition superflue de sortir trois albums en un an — non sans rappeler les extravagances actuelles de King Gizzard.

Aussi intéressant soit-il par moments (les trois dernières pistes sur l’album sont excellentes, par exemple), et même s’il est peut-être une erreur d’expérimentation nécessaire pour que Christian Scott arrive à rendre avec intégrité son idée du Stretch Music, l’album comme un tout n’est pas très bon. À mon avis, même s’il Stretch moins sa musique, l’album précédent était bien meilleur que celui-ci. Tout ce qu’il reste à espérer, c’est que c’est une mauvaise passe, et que le reste de la trilogie sera à la hauteur du virtuose. Et sinon, on va continuer à écouter Stretch Music en attendant son prochain coup de génie.

Ma note: 5/10

Christian Scott
Ruler Rebel
Stretch Music
34 minutes

http://www.christianscott.tv/

Critique : Floating Points – Reflections : Mojave Desert

Y a-t-il meilleur environnement d’enregistrement qu’un désert où la rocaille cache les silhouettes feutrées des coyotes pour enregistrer un album de jazz fusion planant? En se fiant au deuxième opus de Floating Points, Reflections : Mojave Desert, je suis tenté de dire oui.

En enregistrant en grande partie au mythique studio Joshua Tree en Californie, le Britannique Sam Shepherd et sa bande ont tenté de reproduire leur expérience du désert en musique. Le studio d’enregistrement est littéralement déplacé à l’extérieur pour être en communion totale avec ce territoire stérile. Une vidéo publiée en avant-goût sur la toile montre d’ailleurs Shepherd qui écoute le désert avec une antenne de la taille d’un petit OVNI. On passe du minutesmusicien dans le paysage au paysage dans la musique. Entre l’expérience mystique et l’expérience électronique.

Avec sa thématique forte, Reflections de Shepherd s’éloigne des racines house pour lesquelles il est reconnu en privilégiant presque uniquement le jazz, quoique le genre a toujours marqué la House minimale du Britannique. L’influence s’inverse avec ce deuxième opus. Reflections donne plus l’impression d’assister à une prestation que d’écouter un album studio. Une belle union entre l’esthétique House et les textures analogiques. Un jazz fusion léger, parfait pour une introduction au genre ou pour garnir son mix électro relax.

Avec Kites, la perte de repères est totale au fur et à mesure qu’une boucle de synthétiseurs est répétée et accélérée. La boucle sera reprise en introduction de la pièce suivante Kelso Dunes. Avec ses 12 minutes, elle compte à elle seule pour presque la moitié de l’album. 12 minutes qui en valent la peine. On sent que Shepherd et ses musiciens sont à leur aise dès que le compteur dépasse les 10 minutes. Aucun temps mort, juste une longue montée en intensité pendant 7 minutes durant lesquelles chaque membre se donne à fond. Un court creux, puis une deuxième montée effrénée menée par le batteur. On culmine au sommet pour contempler les dernières minutes d’un paysage sonore serein.

Au-delà des métaphores de montagnes et de désert Reflections est un album solide du début à la fin, mais qui se termine trop vite malheureusement. L’album semble n’être qu’une seule jam-session de presque 30 minutes. Une session prometteuse qui donne le goût d’en entendre plus. Rien à redire sur la qualité de la production ou sur celle des musiciens. On a hâte que Floating Points nous fasse découvrir le prochain paysage qui le marquera. Qu’il soit analogique ou synthétique.

Ma note: 8/10

Floating Points
Reflections : Mojave Desert
Luaka Bop
29 minutes

https://www.floatingpoints.co.uk/

4 artistes jazz féminines à découvrir au Théâtre du Petit Champlain

Dans la prochaine semaine, le Théâtre du Petit Champlain fera de la place au jazz! Non seulement ce style idéal pour les soirées à la lueur de la chandelle sera à l’honneur, mais ce sont quatre artistes féminines qui fouleront la scène. Découvrez ces voix sensuelles, incarnées et rondes qui animeront vos prochaines sorties culturelles avec la série Jazz club d’été.

Halie Loren

Halie Loren est née en Alaska avant de déménager en Oregon pendant son adolescence. Après des études en arts visuels et design graphique, elle a osé la carrière musicale. Un choix qui lui sourit. Rapidement, l’Américaine à la voix veloutée s’est créé un public important au Japon! Eh oui, les Nippons ont reconnu immédiatement le grand talent de la jeune femme. Ses premiers albums abordaient des classiques du jazz tels que Perhaps, Perhaps, Perhaps ainsi que des classiques de la musique pop comme La vie en rose qu’elle reprend avec un charmant accent anglophone. Sur son dernier album intitulé Blue Butterfly, elle a plongé dans le blues et le répertoire soul. C’est toujours aussi touchant et magnifique.

*Halie Loren sera en concert le vendredi 30 juin à 20 h.


 

Ariel Pockok

Ariel Pockok représente la jeune relève musicale en jazz. Chanteuse à la voix envoutante, elle est aussi une pianiste émérite qui possède beaucoup de personnalité lorsqu’elle pianote. Son jazz groovy donne envie de danser. Serait-ce son amour pour les rythmes latins qui donnent un tel swing à ses interprétations? En tout les cas, c’est excessivement contagieux et tout à fait plaisant pour les tympans. Du haut de ses 24 ans, Pockok en est déjà à deux albums lancés : Touchstone et Living in Twilight. Sur ce dernier, la jeune femme n’hésite pas à plonger dans un répertoire plus pop en reprenant Someone Like You d’Adele et To Be Alone With You de Sufjan Stevens. C’est très réussi.

*Ariel Pockok sera en concert le dimanche 2 juillet à 20 h.


 

Morgan James

Morgan James a fait ses classes dans le monde jazz en collaborant fréquemment avec Postmodern Jukebox. La jeune femme possède une voix puissante capable d’atteindre des sommets vertigineux qui vous hérissent le poil sur les bras. Elle a un goût prononcé pour les reprises de succès, peu importe le genre; s’attaquant autant à Black Hole Sun de Soundgarden que What’s Love Got To Do With It de Tina Turner. En plus de sa carrière de chanteuse possédant deux albums studio, Hunter et Reckless Abandon, elle a joué sur les planches sur Broadway à de multiples occasions. Parmi ceux-ci, on compte Godspell et The Addams Family. Découvrez une voix puissante et unique.

*Morgan James sera en spectacle le jeudi 6 juillet à 20 h.


 

Ranee Lee

Ranee Lee est né à Brooklyn dans les années 40. Depuis, elle a décidé d’élire domicile à Montréal où elle charme les foules avec sa voix depuis plus de 40 ans. Elle possède une voix ronde et puissante qui lui a permis d’interpréter Billie Holiday dans Lady Day en plus d’écrire des romans. Bref, c’est une artiste complète qui possède aussi une voix impressionnante. Cherchant toujours à unir sa passion pour le jazz à la culture populaire, elle a notamment créé The Musicals : Jazz On Broadway. Ranee Lee a été décorée de l’ordre du Canada pour son implication en tant que professeure à l’Université Laval et McGill. Un passage à ne pas manquer.

*Ranee Lee sera en spectacle le vendredi 7 juillet à 20 h.


 

http://www.theatrepetitchamplain.com/spectacles

Critique : Tigran Hamasyan – An Ancient Observer

Le maître incontesté du djent-jazz (que j’appelle affectueusement djazz) continue de plus belle son épopée hors de ce genre avec un nouvel album. Cette fois-ci, il est en solo pour l’œuvre intitulée : An Ancient Observer. Accompagné de ses mélodies aux sonorités toujours bien typiquement arméniennes et de ses polyrythmes bien complexes (sinon quasi incompréhensibles), Hamasyan nous plonge dans un univers abstrait et très imagé par moments tout en creusant très profondément dans les origines de la musique.

En effet, l’album s’en va un peu partout stylistiquement, ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi vu l’habile façon de l’apporter. Le pianiste virtuose nous démontre à quel point les origines de sa musique sont enracinées un peu partout dans le spectre stylistique : on entend parfois des influences baroques (il cite d’ailleurs cette époque directement dans l’album), romantiques, postromantiques, néo-classiques et impressionnistes tout en incluant du pop, du post-rock, du métal et de l’IDM à travers les branches (sans oublier ses influences folkloriques comme la musique brésilienne et arménienne bien entendu). Vraiment, Hamasyan ne cesse dans cet album de faire s’entrecroiser les styles avec une qualité de composition incroyable. Une fois analysé en profondeur, cet album devient, après avoir été une mine d’or sonore, une mine de techniques avancées de composition appliquées avec brio.

Hamasyan sait que nous connaissons sa virtuosité. Il est un des pianistes jazz les plus prolifiques de son temps et il a la présence d’esprit de ne pas se sentir obligé de nous le démontrer à chaque occasion possible; la plupart du temps, sa musique est très subtile. Il sait être « show-off » seulement quand la musique le dicte, au contraire de certains musiciens comme Thundercat qui ne semblent que tenter de jouer le plus vite possible, le plus souvent possible. Ça donne une gigantesque profondeur et une magnifique variété à toutes ses œuvres, y compris celle-ci, qui explore autant la musique harmonique, que mélodique, que rythmique. Parlant de rythme, avis aux intéressés : la pièce Étude N˚1 est un petit bijou de polymétrie. Il y joue avec le beatbox un petit 5/4 en même temps de jouer du 4/4 à la main gauche et du 7/8 alterné avec du 6/8 à la main droite, et il réussit comme toujours à faire comme si c’était chose facile…

Mais ça donne quoi, toute cette théorie et tout ce talent? Eh bien, c’est un peu là que l’album vacille. La cohérence du propos est un peu dure à suivre au long de l’album. L’instrumentation est assez étrange; l’album est essentiellement joué en solo au piano (même si la plupart du temps son fameux beatbox l’accompagne) à l’exception d’un kick dans The Cave of Rebirth, de sonorités électroniques dans New Baroque 2 et Leninagone et de certaines voix qui apparaissent sporadiquement. Ça laisse un peu perplexe en écoutant l’album : pourquoi ces petits ajouts? Pourquoi le beatbox constant, qui semble souvent avoir été capté par erreur par les micros du piano? Peut-être que le même contenu, aussi bien composé soit-il, aurait été mieux formulé par un trio? Ce choix est discutable et laissera certainement les fans de son fameux djazz sur leur faim. Il n’en demeure pas moins un excellent album solo. Il est rare chez les compositeurs contemporains de jazz d’avoir une maîtrise aussi complète de l’instrument, et je ne répèterai jamais assez à quel point sa maîtrise stylistique est épatante. Ça donne le goût de continuer à suivre les faits et gestes de ce virtuose prometteur.

Ma note: 8,5/10

Tigran Hamasyan
An Ancient Observer
Nonesuch Records
45 minutes

http://www.tigranhamasyan.com/ancientobserver/

Critique : Thundercat – Drunk

Stephen Bruner, mieux connu sous le nom de Thundercat, est un personnage fascinant. Depuis quelques années, il prête ses talents de bassiste à des projets d’avant-garde de qualité : Flying Lotus, Kendrick Lamar et Kamasi Washington. Ces derniers partagent ceci en commun : ils jouent avec les codes du jazz, les chavirent et proposent des voies nouvelles. À l’instar de ceux-ci, Thundercat est une figure de proue d’un free-jazz coloré de funk et de soul avec une approche musicale unique. Il est peut-être aussi important aujourd’hui à la basse que l’était Miles Davis à la trompette à l’époque ou que Colin Stetson l’est au saxophone. Lorsqu’on considère tout ceci, on se surprend de savoir que Thundercat était bassiste de Suicidal Tendencies pendant 9 ans. Oui, de 2002 à 2011, il était responsable du groove de la formation de thrash métal. Je vous avais dit que c’était un personnage fascinant.

Drunk est un album à la fois magnifique et énigmatique. C’est que Bruner a un sens de l’humour et sans doute un fond de troll en lui-même. Peut-être que la pièce Rabbot Ho nous donne une piste de solution en ouverture. On tombe dans un monde similaire à celui d’Alice aux pays des merveilles avec toutes les excentricités que cela comporte.

«When it rains, it pours
Open windows and closed doors
All the pretty lights and sounds to open up the night
Friends, they come and go
That’s okay, I’m kind of bored
Let’s go hard, get drunk, and travel down a rabbit hole »
– Rabbot Ho

L’album en entier, à quelques exceptions près, est produit par Flying Lotus. On reconnaît sa griffe unique et audacieuse un peu partout dans les sonorités utilisées. Tout comme le jeu de basse impeccable, surprenant et audacieux de Thundercat. D’ailleurs, la principale critique qu’on pourrait lui adresser est l’aspect décousu de la suite des pièces. Mais dans ce cas, c’est qu’on prend tout trop au sérieux et qu’on manque d’ouverture d’esprit. C’est d’un bout à l’autre un album pratiquement parfait. Qui a besoin d’une suite polie et gentille qui nous guiderait d’un bout à l’autre? Drunk est tout comme une soirée de beuverie, remplie de surprise, de sentiment de perte de contrôle et d’histoire à raconter plus tard entre amis.

Comme l’apparition de Kenny Loggins et Michael McDonald (Steely Dan, The Doobie Brothers) dans Show You the Way, la plus pop des ritournelles dans Drunk. Vous vous souvenez qui est Kenny Loggins? Vous savez la toune de Top Gun? Son bon ami Kendrick Lamar fait aussi une apparition dans la bizarre Walk On By, pleine de synthés. Même Pharell Williams vient faire son tour dans l’obscure, mais étrangement mélodieuse The Turn Down.

Thundercat joue à nous déstabiliser du début à la fin, souvent avec une bonne touche d’humour. On découvre aussi son énorme côté geek. Ceux de sa race (dont je fais partie) comprendront lorsqu’il parle de jouer à Diablo et Mortal Kombat sur une chanson où il chante l’affreux sentiment d’être confiné dans la Friend Zone. Dans Tokyo, il nous chante son envie de rester une journée de plus dans cette ville avec une mélodie vocale atypique, mais diablement efficace. Qui ne voudrait pas être Goku? Mais le bout du bout est atteint dans A Fan’s Mail (Tron Song Suite II) avec son texte délicieux où il chante l’envie d’être un chat :

« Cool to be a cat (meow, meow, meow, meow)
Cool to be a cat (meow, meow, meow, meow)
Cool to be a cat (meow, meow, meow, meow)
Cool to be a cat »
– A Fan’s Mail (Tron Song Suite II)

Tu ne trouves pas ça comique? T’as le droit. C’est vrai que c’est un peu idiot un adulte qui fait des « meow » sur une chanson incroyablement bonne. Et c’est ce qui attend le mélomane sur Drunk, une suite de chansons déstabilisantes et magnifiquement composées. Thundercat est l’un des musiciens les plus pertinents et aventureux des 20 ou 30 dernières années. Le genre de musicien dont on chantera les louanges encore longtemps.

Ma note: 8,5/10

Thundercat
Drunk
Brainfeeder
51 minutes

http://www.brainfeedersite.com/