Évènements spéciaux Archives - Page 71 sur 73 - Le Canal Auditif

Les Francouvertes: demi-finale 1

630x420_mppda_philippebrachC’est reparti pour la 18e édition des Francouvertes! Hier soir, au Lion d’Or, avait lieu la première soirée des demi-finales de ce concours fort prisé de la relève musicale, mettant en vedette le talent de P.A.P.A (Pas d’Argent Pas d’Agent), Bobby One et Philippe Brach; tous trois ayant réussi à se classer parmi les neuf premiers des préliminaires. C’est P.A.P.A qui avait l’honneur (ou la contrainte, qui sait?) d’ouvrir cette séance.

Présentant une entrée en matière théâtrale, avec un faux premier ministre/président discourant convulsivement (qui émettait sarcastiquement un ramassis de clichés néo-libéralistes) P.A.P.A a fait une entrée sur scène remarquée… mais malheureusement, malgré la bonne volonté de l’artiste de créer un hip-hop salopé, un peu champ gauche, la performance n’était pas tout à fait au rendez-vous. Le flow semblait parfois confus/approximatif et l’acolyte qui accompagnait P.A.P.A semblait figé et un peu à la traîne. Nous ne sommes pas ici en face d’un créateur qui manque de talent, tant s’en faut, mais P.A.P.A aurait tout intérêt à resserrer son travail afin qu’on retrouve un peu plus de conviction et de hargne dans son art. Ce n’est que partie remise en ce qui le concerne.

Parlant de professionnalisme et d’assurance, on peut affirmer que Bobby One détient hors de tout doute ces incontournables attributs. C’était le deuxième homme de la soirée et il n’a pas déçu ses nombreux et bruyants partisans venus l’appuyer. Comme lors de sa première prestation, lors des préliminaires, Bobby One et son groupe (qui sonne comme une tonne de brique) ont offert une exécution infaillible, un flow cohérent et chirurgical, un charisme indéniable, une dextérité inégalée, une maîtrise absolue de la scène… mais on en est venue à la même conclusion que la fois précédente. Ce hip-hop est tout à fait générique, banlieusard et trop convenu pour les oreilles de votre dévoué scribe. Franchement désolé!

Le tour de piste se terminait par le digne héritier des Fortin (Fred et Dédé), le bien nommé Phlippe Brach. Si lors de la première soirée des Francouvertes, notre homme était légèrement déstructuré, cette fois-ci, il a réussi le tour de force de mettre le public présent dans sa petite poche arrière… et aisément à part de ça! Voilà un songwriter québécois dans la plus pure tradition keb, offrant un folk-rock encrassé, auréolé de textes absolument magnifiques. En plus d’être attachant, Brach sait jouer habilement avec les thèmes contrastés de ses chansons. Coup de cœur pour la superbe Ressac sur ta peau qui raconte la dernière baise avant la rupture irrévocable. Totalement prenant. Si ce jeune homme ne fait pas les frais de la finale, on sera complètement consterné.

C’était un excellent coup d’envoi aux demi-finales de cette 18e édition! Ça se poursuit ce soir avec Joëlle St-Pierre, Maritza et Julie Blanche et c’est l’acolyte LP Labrèche qui couvrira la soirée pour Le Canal Auditif. Le classement provisoire après cette première représentation se lit comme suit:

1. Phlippe Brach
2. Bobby One
3. P.A.P.A

francouvertes.com

www.philippebrach.com

www.bobbyone.ca

papaxtremecentre.bandcamp.com

Les Francouvertes: semaine 7

francouvertesLundi dernier, c’était la fin des préliminaires des 18e Francouvertes. Depuis la toute première semaine, nous attendions avec impatience, cette septième semaine. Au menu: Protofiev, Les Hôtesses d’Hilaire ainsi que Deux Pouilles en Cavale. Nous savions que les guitares aux distorsions riches, les drums qui piochent ainsi que les voix moins léchées seraient au rendez-vous, ce qui réchauffait déjà nos cœurs de rockeurs. Et nous n’avons pas été déçu, oh que non, monsieur!

Avant cette semaine de lourdeur, le peloton de tête était toujours mené par Joëlle St-Pierre, suivi de près par Philippe Brach et Jacques Bertrand Jr (qui ne donne pas sa place lorsque l’on parle de bruit). On a donc pénétré dans l’antre du Lion D’Or, sourire aux lèvres, et jamais ce sourire n’a quitté notre doux visage pendant cette soirée.

Tout a commencé avec le trio Protofiev qui est venu nous livrer leur noise rock aux effluves punks, à l’attitude de je-m’en-foutisme, mais tout de même bien content d’être du concours. Loïc, maître de la basse et de la voix nous l’a d’ailleurs confirmé: «Je le sais qu’on a l’air fâché, mais on ben content d’être là» (paroles rapportées approximativement). Le trio est impressionnant sur scène, balançant ses pièces avec force et paradoxalement avec une nonchalance particulière.

Côté musique, on est quelque part entre Suuns et Solids. Il y a ces trois gars sur scène qui envoient riffs après riffs ainsi que des bruits franchement satisfaisants pour les tympans qui recherchent ce genre de réconfort. Protofiev sait changer l’allure d’une pièce, ni vue, ni connue, et ce, accompagné de leurs sourires complices sur scène. Les jeunes hommes ont clos avec Tes yeux, un abreuvoir exécuté avec aplomb.

imageAlors que je me disais que rien ne pourrait autant nous réjouir que la performance précédente, un homme tonitruant, aux cheveux longs et à la panse proéminente, cachée sous un t-shirt de Zappa, du nom de Serge Brideau, a pris la scène d’assaut… qu’il a maté d’une main, alors que de l’autre il portait une bouteille de rouge à ses lèvres. Les Acadiens des Hôtesses d’Hilaire venaient de prendre la scène pour nous montrer ce qu’était un vrai «show». Alors qu’ils ont entamé des airs rock, la bande a tranquillement bifurqué vers des pièces progressives qui n’étaient pas piquées des vers.

Loin d’être gêné par les mots, Brideau s’est permis de faire crier un «Fuck You Harper!» bien senti à l’assistance et il a enfilé les vers nettoyés de toute langue de bois: «Elles pensent que je baise fort, non, je me crosse avec leur corps». Et que dire de la bande de musiciens acadiens? Ces messieurs assurent avec une cohérence impressionnante; le guitariste Mathieu Leblanc se permettant même une pièce à la barytone. Ah oui, c’était son premier spectacle avec le groupe…

Enfin, alors qu’on se disait déjà qu’on pouvait mourir en paix, Deux Pouilles en Cavale est venu nous convaincre du contraire. La bande a enfilé leurs tubes excentriques, qui ne sont pas sans rappeler la folie des Mister Bungle et Fantômas de ce monde. Oui, il se fait ce genre de musique au Québec! Le batteur Pascal Rousseau est tout simplement phénoménal. Le musicien semble ne connaître aucune frontière musicale. Pendant que ces trois garçons jouaient de leurs instruments avec une fougue incomparable, mes fesses vibraient sous la lourdeur de la basse de Simon Gauthier (PONI, Les Guenilles). Ils ont terminé le tout avec Ciao Bye Boss qui est le morceau dit radiophonique du groupe… OK, on est loin de Céline, mais quand même!

Une soirée parfaite pour les amateurs de rock de notre trempe. Si vous croyez nos dithyrambes exagérés, on vous conseille d’aller écouter, cela risque de vous ouvrir les yeux sur des formations qui sont injustement trop peu connues. Ceci dit, deux d’entre elles ont réussi à obtenir un laissez-passer pour les demi-finales qui auront lieu les 14, 15 et 16 avril prochain. Voici donc le palmarès final:

1. Joëlle St-Pierre
2. Philippe Brach
3. Deux Pouilles en Cavale
4. Jacques Bertrand Junior
5. Julie Blanche
6. Maritza
7. Bobby One
8. Les Hôtesses d’Hilaire
9. P.A.P.A

Là-dessus, on se retrouve dans deux semaines pour les demi-finales!

francouvertes.com

protofiev.bandcamp.com

www.leshotessesdhilaire.com

deuxpouillesencavale.bandcamp.com

Les Francouvertes: Semaine 6

julie-blancheEt voilà l’avant-dernière semaine des préliminaires qui se déroulait lundi dernier au Lion d’Or. Le classement commence à être de plus en plus garni et Joëlle St-Pierre, Philippe Brach et Jacques Bertrand Junior occupent les positions de tête. Pour cette sixième semaine, c’était au tour de Julie Blanche, Marc-Antoine Larche et Maritza de fouler les planches des Francouvertes.

Julie Blanche entama la soirée avec sa pop mélancolique en abordant les pièces de son maxi paru l’an dernier. Sa musique claire obscure est propice à créer un espace de grande intimité avec le public et la jeune femme n’a pas manqué d’utiliser cela à son avantage. Dès les premières notes de Comme un décor, celle-ci gagna les spectateurs qui plongèrent dans un silence cérémonial instantanément. La montée instrumentale lors de cette première pièce fit vibrer la salle de plaisir.

À ses côtés, Antoine Corriveau à la guitare et Stéphane Bergeron (Karkwa) à la batterie, y étaient eux aussi, pour quelque chose. La batterie de Bergeron résonnait fort dans le Lion d’Or et commandait le respect tandis que la guitare nuancée de Corriveau offrait un terrain de jeu idéal à Julie Blanche. Elle enfila les pièces de son maxi de façon inspirée et offrit une émouvante prestation de Presque et charma indéniablement le public avec sa voix.

Ce fut ensuite le tour de Marc-Antoine Larche de venir livrer les pièces de son plus récent opus: Les Petits Effondrements. Larche a offert sa pop au léger goût d’indie-rock avec nuance et honnêteté. Par contre, on sentait le jeune homme fébrile et légèrement nerveux, ce qui lui a nui. N’empêche, le musicien a donné plusieurs beaux moments au public, particulièrement lorsque la guitare se faisait plus abrasive. C’était d’ailleurs, Thierry Bruyère qui assurait avec aplomb.

Finalement, c’était à Maritza, ex-académicienne, de venir présenter les pièces de son maxi paru il y a maintenant deux ans… et la jeune dame brise définitivement les préjugés qu’on peut entretenir envers les anciens poulains de Québécor. Parfois entraînante, parfois touchante, la jeune femme a donné une performance qui transpirait le plaisir. On pouvait noter les sourires que le groupe s’échangeait et ce sentiment se propageait aisément à la foule. Soutenue par JF Lemieux (Cargo Culte, Daniel Bélanger) à la basse et aux bidouillages, Maritza a su capter l’attention du public rapidement. Elle a même eu droit à une ovation. Ce n’est pas peu dire!

Enfin, suite à cette sixième semaine, deux nouveaux venus apparaissent au palmarès: Julie Blanche et Maritza.

1. Joëlle St-Pierre
2. Philippe Brach
3. Jacques Bertrand Junior
4. Julie Blanche
5. Maritza
6. Bobby One
7. P.A.P.A
8. Gab Paquet
9. Maison Brume

L’ultime semaine sera définitivement plus rock (ce qui nous fait réellement plaisir) alors que Protofiev, Les Hôtesses D’Hilaire et Deux Pouilles En Cavale seront à l’honneur.

francouvertes.com

julieblanche.bandcamp.com/

malarche.bandcamp.com/

maritza.bandcamp.com/

Les Francouvertes: Semaine 5

b050d4f7ba8e076b89ee68fba864a3a8Déjà la cinquième semaine des préliminaires des Francouvertes qui se déroulait lundi dernier au Lion d’Or. Au menu? Coroner Paradis, Jacques Bertrand Junior et Bobby One, trois artistes aux univers musicaux assez dissemblables. Au terme des quatre premières semaines, Joëlle St-Pierre, Philippe Brach et P.A.P.A. se partageaient les trois meilleures places au classement.

La soirée a débuté avec le singulier songwriter originaire de Dolbeau, Lac-Saint-Jean, nommé Michaël Lapointe, alias Coroner Paradis. Poète et parolier d’exception, attitude maladroite charmante, inflexions vocales évoquant un Renaud punkisant, le jeune homme était accompagné sur scène par une violoncelliste, une contrebassiste, une pianiste ainsi que par un batteur. Tout ce beau monde a mis l’épaule à la roue de manière admirable afin d’appuyer les textes touffus et bouillonnants d’un créateur chansonnier qui interprète ses chansons avec une générosité non feinte et une éloquente authenticité.

Deux magnifiques chansons frémissantes ont sérieusement ressorti du lot: L’anarchiste amoureux et Le temps des crises. Dans le cadre d’un concours typé, un musicien/poète de la sorte peut détonner du ronron conservateur ambiant… surtout quand la salle est bondée d’admirateurs et amis des deux formations qui suivent dans la soirée. Notre homme s’est classé de peine et de misère au neuvième et dernier rang donnant accès aux demi-finales. Il méritait franchement un bien meilleur sort! Une bien belle bébitte!

2014-03-06-01-10-03-A-Francouvertes Jacques Bertrand JuniorPar la suite, Jacques Bertrand Junior (ex Jérémi Mourand) nous présentait son rock alternatif abrasif à l’américaine, une peu brinquebalant, à la Pavement/Sonic Youth… ENFIN, un groupe francophone qui prescrit à nos tympans un rock cacophonique sans compromis! Avec une section rythmique béton, gracieuseté de l’incontournable Navet Confit et de la batteuse Lydia Champagne, incluant un charismatique guitariste noisy, dissonant et absolument jouissif comme Marc Leduc, on peut affirmer que les compositions caustiques, cocasses et subversives de Betrand Junior sont entre bonnes mains. Moment marquant? La compulsive et hilarante Trophée de gymnastique. Bertrand Junior et sa bande de déjantés musicaux nous ont tout simplement servi une performance rock de haut niveau. Rien à redire de ce côté!

En contrepartie, on ne peut en dire autant du hip-hop générique et conventionnel, remémorant un Dubmatique modernisé (qui pourrait facilement trouver sa niche à Belle et Bum), prodigué par Bobby One. L’exécution, le professionnalisme et l’interprétation étaient concrètement au rendez-vous, mais malheureusement, on n’embarque tout simplement pas dans cet univers banlieusard faussement rebelle et principalement conçu pour plaire aux radios marchandes. Puisque le vote est partagé équitablement entre le jury et le public présent, Bobby One avait convié ses fanatiques en grand nombre, ce qui lui a assurément permis de terminer la soirée au quatrième rang…

Au final, cette cinquième séance fut (et de loin) la plus relevée depuis le début de la 18e édition des Francouvertes. Après cinq semaines le classement se lit comme suit:

1. Joëlle St-Pierre
2. Philippe Brach
3. Jacques Bertrand Junior
4. Bobby One
5. P.A.P.A.
6. Gab Paquet
7. Maison Brume
8. Michel Robichaud
9. Coroner Paradis

Lundi prochain, on aura droit aux prestations de Julie Blanche, Marc-Antoine Larche et Maritza.

francouvertes.com

coronerparadis.bandcamp.com

coucoup.bandcamp.com

www.bobbyone.ca

Les Francouvertes: Semaine 4

b050d4f7ba8e076b89ee68fba864a3a8Lundi dernier se déroulait une nouvelle fois, la quatrième soirée des préliminaires des Francouvertes. Avant que la première note ne soit jouée, Joëlle St-Pierre, Philippe Brach et Gab Paquet dominaient le peloton. C’était au tour de Someurland, P.A.P.A. et Mathias Mental de tenter de se hisser parmi le top 9 et ainsi se frayer un chemin vers les demi–finales.

La soirée a commencé avec Someurland qui venait nous livrer les pièces tirées de son maxi paru à la fin du mois d’août dernier. La formation offre sur scène une version des pièces très fidèle à l’album… un peu trop même. En spectacle, le duo demeure un duo et entre François-Pierre Lue qui programme les morceaux et Élaine Martin qui chante, on a parfois l’impression d’être devant une fille chantant dans un karaoké. Sans compter que la performance sur scène manquait légèrement de vie. Par contre, Martin prouve qu’elle détient un bon registre et les chansons sont quand même de qualité.

Nous avons eu le droit par la suite à P.A.P.A., un acronyme pour… Pas d’Argent, Pas d’Agent! Le jeune homme originaire du quartier St-Jean Baptiste de la ville de Québec propose un rap dans la lignée des Dead Obies et fortement influencé par le hip-hop américain. Sur des rythmes inventifs, avec un flow plus que respectable, quoiqu’un peu linéaire, le jeune homme a offert une performance appréciable, mais inégale. Par contre, P.A.P.A. habite très bien la scène et a réussi à captiver rapidement le public, entre autres grâce à la chanson titrée Molly, qui n’est pas piquée des vers.

Ce fut ensuite au tour de Mathias Mental de nous présenter son pop-rock mélodique sur scène. Les femmes de mon âge a définitivement été l’un des moments forts de la prestation. De plus, le groupe maîtrise bien la scène et on sent que les membres y sont très à l’aise. En contrepartie, c’est au niveau de la composition que la formation peine à se démarquer. Les mélodies sont convenues et bien qu’elles s’écoutent aisément, l’ensemble manque d’originalité pour vraiment nous exciter les tympans.

Enfin, après cette quatrième soirée, voici le palmarès. Un seul nouveau venu et c’est P.A.P.A qui obtient la troisième place.

1. Joëlle St-Pierre
2. Philippe Brach
3. P.A.P.A
4. Gab Paquet
5. Maison Brume
6. Michel Robichaud
7. Matt Tomlinson
8. Jérôme Charrette-Pépin
9. Joanie Michaud

Et voilà, la table est mise pour la semaine prochaine alors que Coroner Paradis, Jacques Bertrand Junior et Bobby One fouleront la scène du Lion d’Or.

francouvertes.com

someurland.com

papaxtremecentre.bandcamp.com

mathiasmental.com