Électronique Archives - Page 64 sur 64 - Le Canal Auditif

Björk – Biophilia

Ces jours-ci, un ovni est apparu chez les disquaires. En effet, quatre ans après Volta, Björk revient avec Biophilia. Réglons immédiatement une chose; je ne suis pas fan de Björk. Juste pas ma tasse de thé, mais j’ai toujours eu le plus grand des respects pour l’inventivité et la créativité de cette artiste hors norme. Alors cette soucoupe volante, est-elle captivante à observer? Je répondrai par l’affirmative.

Petit conseil : la première écoute demande un lâcher prise de nos conceptions parfois conservatrices de la musique populaire. Biophilia est une œuvre complexe et intelligente qui déroute aux premières écoutes. Harpe, claviers, cuivres, instruments à vent, boucles électroniques se croisent et se marient en un tout étonnamment cohérent. L’influence des éléments, autant dans la musique que dans les textes, est omniprésente : mouvement de la lune, montée des marées, changements de saisons, solstices, plaques tectoniques, éruptions volcaniques et j’en passe.

Ça reste minimaliste et accessible malgré le foisonnement de sons et les structures inusitées. La voix de Björk est encore une fois, ce qui permet à Biophilia de garder un caractère intelligible. Moon, Thunderbolt, la palpitante Crystalline, la flottante Cosmogony, la dissonance lugubre de Dark Matter et Virus sont tous des œuvres musicales composées, chantées et écrites par une artiste inimitable. Biophilia est une création avant-gardiste qui mérite qu’on s’y attarde.

Biophilia n’atteint pas le climax d’Homogenic mais c’est un disque important; de la trempe de ceux qui passent l’épreuve du temps. Je le conseille fortement à tous ceux qui ont envie d’écouter une véritable artiste qui prend le risque de décevoir certaines oreilles plus chastes. Un voyage sans précédent au cœur d’un ovni, planant au-dessus d’un volcan en éruption. Unique!

Ma note : 3,5/5

Björk
Biophilia
Nonesuch Records
49 minutes

bjork.com